ARCHIVÉE - 6. Conclusion

AvertissementLa Norme sur la facilité d'emploi des sites Web remplace ce contenu. Cette page Web a été archivée parce que les Normes sur la normalisation des sites Internet 2.0 ont étés annulées.

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Page 12 de 14

Depuis la publication de notre étude en juin 2000, les efforts déployés par Sport Canada et les autres organismes sportifs démontrent leur volonté d’intégrer la dualité linguistique au sein du système sportif canadien. La Politique canadienne sur le sport offre une vision élargie du sport au Canada, qui se veut inclusive et adaptée aux besoins des Canadiens et des Canadiennes. L’établissement de normes en matière de langues officielles pour les centres d’entraînement de haut niveau, constitue aussi un ajout positif dans la démarche de Sport Canada qui vise à aider ses athlètes à se développer dans le respect de la langue de leur choix.

Le financement accordé aux organismes sportifs par le gouvernement fédéral est, certes, un élément important dans l’atteinte des objectifs que s’est fixé Sport Canada, et les contributions récentes du Secrétaire d'État au sport peuvent aider en ce sens. Au delà de l’aspect financier, le fédéral et ses partenaires doivent accélérer le rythme de la mise en œuvre de nos recommandations qui visent essentiellement le développement optimal des athlètes dans un pays bilingue. Il incombe à Sport Canada d’assumer la plus grande part du leadership en ce sens afin que tous les partenaires structurent rapidement leur approche et concertent leurs efforts pour atteindre les buts fixés.



Previous Page | Table of Contents | Next Page