ARCHIVÉE - Chapitre 3 – Assurer le maintien des immigrants sur place

AvertissementLa Norme sur la facilité d'emploi des sites Web remplace ce contenu. Cette page Web a été archivée parce que les Normes sur la normalisation des sites Internet 2.0 ont étés annulées.

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Page 17 de 26

Même s'il est vrai que chaque communauté minoritaire a un contexte qui lui est propre, on peut tout de même établir certaines lignes directrices. Le tableau 7 donne un aperçu de certaines mesures de sélection et d'intégration, suggère de nouvelles voies et explique comment améliorer l'efficacité de celles qui existent.

La réussite du processus d'immigration dépend de deux facteurs principaux : a) il faut choisir le nombre adéquat de personnes susceptibles de réussir et b) il faut leur offrir le type d'aide qui garantira le succès de leur intégration. Il faut également que la communauté visée bénéficie véritablement de l'apport des immigrants. Le tableau 7 propose différents domaines d'intervention, qui comportent chacun un objectif et un mécanisme de vérification.

En ce qui concerne la sélection, il faut que les autorités s'intéressent au nombre d'immigrants francophones qui entrent au Canada. Il faudrait établir des objectifs clairs par province/territoire pour chaque année, puis les comparer au nombre de personnes qui se sont effectivement installées. Mais cela ne suffit pas. Pour pouvoir s'assurer que l'immigration est un succès, il faut évaluer combien d'immigrants sont effectivement demeurés au sein de la communauté minoritaire au fil des ans.

Même s'il peut paraître difficile de mesurer le degré de réussite du processus d'immigration et la participation d'un immigrant à l'infrastructure communautaire, cela est essentiel si l'on veut déterminer si l'immigration profite effectivement aux minorités linguistiques du Canada. À cette fin, Citoyenneté et Immigration Canada devrait envisager la création d'un « index du maintien des immigrants », grâce auquel il serait possible de vérifier l'efficacité des mesures proposées au tableau 7. Cet index serait alimenté par des données provenant de sondages réalisés régulièrement auprès d'immigrants qui en sont à différentes étapes du processus d'immigration. Les renseignements suivants serviraient à évaluer le degré de réussite du processus d'immigration :

  • Le nombre d'enfants d'immigrants inscrits dans les écoles de la communauté minoritaire de langue officielle.

  • Les services gouvernementaux auxquels font appel les immigrants.

  • Les services communautaires (services sociaux, services de santé) auxquels recourent les immigrants.

Tableau 7 : Pistes de maintien et mécanismes de vérification

Ces indicateurs, qui seraient obtenus auprès des commissions et conseils scolaires, des bureaux gouvernementaux, de prestataires de services et de chercheurs, fourniraient le type de données que l’on peut synthétiser dans un « indice du maintien des immigrants » régional. On aurait ainsi un aperçu longitudinal du nombre de nouveaux arrivants qui demeurent membres de leur communauté minoritaire de langue officielle.

Vérification de l’établissement (Recommandation 3)

recommandation

Pour pouvoir évaluer dans quelle mesure les communautés minoritaires de langue officielle parviennent à attirer des immigrants, le gouvernement fédéral devrait établir un mécanisme de vérification à long terme. Ce mécanisme permettrait non seulement de rendre compte du nombre d’immigrants arrivant au Canada, mais aussi de mesurer le degré de maintien des immigrants dans les communautés minoritaires de langue officielle.


Pour conclure la présente étude, examinons trois approches intéressantes que les gouvernements et les communautés devraient adopter pour faire augmenter le nombre d’immigrants qui se dirigent vers les communautés minoritaires de langue officielle, et pour assurer qu’elles les gardent par la suite.

  • Programme de candidats d'une province : sélection plus ciblée grâce à la participation de la communauté.

  • Régionalisation : plus grande dispersion géographique grâce à des incitatifs à l’emploi.

  • Reconnaissance des qualifications : contribution plus rapide à la communauté grâce à une intégration économique plus rapide.