ARCHIVÉE - Chapitre 3 : Sur la voie de la réussite

AvertissementLa Norme sur la facilité d'emploi des sites Web remplace ce contenu. Cette page Web a été archivée parce que les Normes sur la normalisation des sites Internet 2.0 ont étés annulées.

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Page 16 de 26

Après avoir illustré certains des obstacles que rencontrent les immigrants et certaines des possibilités qui s’offrent à eux, nous nous intéresserons maintenant à la façon dont les communautés et les gouvernements, mais aussi les particuliers, peuvent agir afin de garantir aux immigrants une intégration réussie. Il est difficile d’élaborer en détail une stratégie « miracle » qui viendra en aide à toutes les communautés, étant donné que les communautés minoritaires de langue officielle du Canada vivent toutes des réalités très différentes.

Par exemple, la ville bilingue de Moncton perpétue fièrement les traditions acadiennes chères aux francophones du Canada, mais doit aujourd’hui intégrer à cette culture les nouveaux arrivants francophones. À Toronto, qui compte une forte proportion d’immigrants, les francophones ont depuis longtemps l’habitude de servir de médiateurs entre ceux installés de longue date et les nouveaux immigrants, mais doivent relever le défi qui consiste à coexister sous un même toit. Winnipeg est la seule ville où les institutions francophones de la province cherchent à recruter activement des immigrants francophones. Les membres de la communauté francophone de Vancouver sont déterminés à instaurer un esprit de cohésion au sein d’une communauté diversifiée. Ce ne sont là que quelques exemples. Chaque communauté minoritaire de langue officielle vit une situation unique et doit se doter de solutions adaptées à son propre contexte. Au Québec, la perception du statut de minorité dépend du point de vue qu’on adopte; en effet, sa majorité francophone est minoritaire au Canada; par contre, sa minorité anglophone a réussi à attirer une proportion d’immigrants beaucoup plus élevée que la population francophone majoritaire. Si elle respecte le contexte linguistique de chaque province, l’immigration ne peut qu’apporter une contribution positive.

Page précédente

Table des matières

Page suivante