ARCHIVÉE - 3. Où en est le Canada?

AvertissementLa Norme sur la facilité d'emploi des sites Web remplace ce contenu. Cette page Web a été archivée parce que les Normes sur la normalisation des sites Internet 2.0 ont étés annulées.

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Page 5 de 12

Les résultats du sondage, ainsi que les renseignements issus des groupes de discussion et des interviews, permettent de conclure que, malgré le fait que bon nombre d’universités au pays offrent un éventail de programmes et de cours d’apprentissage en langue seconde, des lacunes importantes et des besoins insatisfaits demeurent.

Secteurs exigeant une amélioration

  • Les possibilités d’études intensives en langue seconde sont limitées.
  • Les étudiants font face à des défis s’ils souhaitent étudier dans leur langue seconde, et manquent d’occasions de suivre des cours dans différentes matières enseignées dans cette langue.
  • Les possibilités d’immersion à l’université s’avèrent très limitées.
  • Peu d’établissements offrent aux étudiants des cours de langue seconde qui sont adaptés à leur champ d’études.
  • Il y a peu d‘occasions d’échanges au Canada même.
  • Dans les universités, les politiques et les exigences en langue seconde sont généralement faibles ou inexistantes.

3.1 L’accès aux possibilités d’apprentissage régulier de la langue seconde dans les universités est généralement bon

Dans l’ensemble, les étudiants canadiens ont un bon accès à ce que l’on peut appeler les programmes et les cours réguliers d’apprentissage de la langue seconde dans les universités des diverses régions du pays. Dans ce contexte, le terme « régulier » désigne des programmes et des cours conçus pour enseigner la langue seconde, y compris la linguistique, la littérature et les études culturelles relatives à cette langue.

La grande majorité des universités canadiennes – pour ainsi dire les trois quarts des établissements – proposent ce genre de programmes et de cours d’apprentissage de la langue seconde.

  • Près de 74 p. 100 des universités offrent des programmes et des cours de français langue seconde (FLS) (62 des 84 établissements).
  • Les programmes et les cours de FLS sont offerts dans ces établissements aux niveaux débutant (94 p. 100), intermédiaire (89 p. 100) et avancé (85 p. 100).
  • Treize des 17 universités du Québec offrent des programmes et des cours d’anglais langue seconde (ALS). Presque toutes les universités qui le font (12 établissements) disent offrir des programmes et des cours d’ALS aux niveaux débutant, intermédiaire et avancé ou intensif.

La plupart donnent des cours à tous les niveaux, de débutant à avancé; et plusieurs offrent un diplôme en linguistique ou en littérature ou les deux ainsi que des programmes d’études supérieures.

Les universités offrent également aux étudiants un vaste éventail de soutiens à l’apprentissage, comme des laboratoires de langues et des centres linguistiques, du tutorat personnel ou de groupe, de l’aide à la rédaction, l’accès à des outils en ligne et à d’autres outils pédagogiques.

Les activités sociales et culturelles comprennent des clubs, des films et des émissions de télévision, des soirées culturelles et des groupes de discussion.

3.2 L’accès à des possibilités d’apprentissage intensif en langue seconde est limité

L’accès à ce qui pourrait être appelé des possibilités d’apprentissage intensif en langue seconde se révèle beaucoup plus limité pour les étudiants des universités canadiennes.

Dans le contexte du présent rapport, les possibilités d’apprentissage intensif en langue seconde se définissent comme suit :

  • possibilités, pour les étudiants, d’étudier dans leur langue seconde, c’est-à-dire de s’inscrire à des cours dont certains ou la totalité sont donnés dans cette langue;
  • possibilités de s’inscrire à des programmes d’immersion de niveau universitaire; 
  • possibilités de suivre des cours de langue seconde qui sont liés ou adaptés à une discipline universitaire précise, c’est-à-dire dans lesquels on enseigne la langue seconde en utilisant le vocabulaire et le contenu liés à cette discipline.

Chacun de ces points fait l’objet d’une discussion dans les rubriques suivantes.

3.2.1 Les étudiants qui souhaitent étudier dans leur langue seconde à l’université font face à des défis particuliers ou ont des possibilités limitées de le faire

L’étude de matières universitaires dans leur langue seconde peut constituer, pour les étudiants, une façon très efficace de développer leurs compétences dans cette langue.

Différentes possibilités s’offrent aux étudiants des universités canadiennes qui souhaitent suivre une partie ou la totalité de leurs cours dans leur langue seconde :

  • Ils peuvent s’inscrire dans un établissement de l’autre langue. 
  • Ils peuvent étudier dans un établissement bilingue. 
  • Ils peuvent suivre des cours donnés dans leur langue seconde dans un établissement où la langue usuelle d’enseignement est leur première langue officielle.

Peu importe le choix qu’ils font en vue d’étudier dans leur langue seconde, les étudiants font face à des défis particuliers et ont des possibilités limitées d’y arriver.

Étudier dans un établissement de l’autre langue

Les étudiants qui connaissent déjà très bien leur langue seconde et qui souhaitent acquérir davantage de compétences en la matière peuvent s’inscrire dans un établissement de l’autre langue, à savoir un établissement dans lequel la langue d’enseignement et d’étude est leur langue seconde.

Les étudiants anglophones peuvent s’inscrire dans l’un des 14 établissements de langue française du Québec ou l’un des quatre situés hors Québec2. Les étudiants universitaires francophones, quant à eux, s’inscriront dans l’un des trois établissements de langue anglaise du Québec3 ou dans un autre établissement de langue anglaise ailleurs au Canada.

Aucune donnée n’est disponible sur la mesure dans laquelle les étudiants se prévalent de ces possibilités qui leur offriraient une immersion plus ou moins complète dans leur langue seconde. Toutefois, ce nombre semble relativement faible à l’heure actuelle.

Les représentants de certains établissements de langue française hors Québec rapportent qu’une importante partie de leurs inscriptions est attribuable à des étudiants anglophones; par exemple, près de 70 p. 100 pour le Campus Saint-Jean et juste un peu moins de 30 p. 100 pour le Collège universitaire de Saint-Boniface.

Étudier dans un établissement bilingue

Les étudiants peuvent également étudier dans leur langue seconde dans l’un des six établissements bilingues du Canada4.

On ne dispose d’aucune donnée sur le nombre d’étudiants de ces établissements qui suivent au moins quelques cours dans leur langue seconde. Toutefois, selon les responsables des universités interviewés dans le cadre de la présente étude, ce nombre est faible.

L’Université d’Ottawa

  • L’Université d’Ottawa est de loin le plus grand établissement bilingue du Canada.
  • La presque totalité des cours de cette université sont offerts en français et en anglais, dans la plupart des disciplines.
  • Les données disponibles sur la langue utilisée montrent que près de 25 000 étudiants font leurs études en anglais et environ 11 000 les font en français.
  • Le nombre d’étudiants anglophones qui suivent des cours en français est toutefois jugé très faible, soit moins de 5 p. 100.
Étudier dans la langue seconde dans un établissement de langue maternelle

Les étudiants qui souhaitent suivre au moins quelques cours dans leur langue seconde dans un établissement de langue maternelle, c’est-à-dire les étudiants anglophones qui désirent suivre des cours offerts en français dans un établissement de langue anglaise ou des étudiants francophones qui souhaitent suivre des cours donnés en anglais dans un établissement de langue française, ont très peu d’occasions de le faire.

Le French Cohort Program de l’Université Simon Fraser

  • Le Bureau des affaires francophones et francophiles a été mis sur pied en 2004 à l’Université Simon Fraser. Il a pour mandat de créer et de coordonner les possibilités d’études en français au sein de l’université.
  • Le programme de type « cohorte francophone » ou le Programme en administration publique et services communautaires est un programme multidisciplinaire de quatre ans enseigné majoritairement en français. Il comporte une majeure en science politique et une mineure prolongée en français (ou l’inverse).
  • Le programme comprend des groupes de petite taille, un appui linguistique en dehors des heures de cours, un centre de documentation en français de même qu’un éventail d’activités socioculturelles.
  • Au cours de la troisième année, les étudiants sont tenus de participer à un programme d’échanges afin d’étudier en français au Québec, en France ou en Belgique.

Seuls quelques établissements de langue anglaise du Canada affirment offrir des cours donnés en français.

La plupart de ces établissements n’offrent qu’un petit nombre de cours en français, et ceux-ci font souvent partie d’un éventail restreint de disciplines : la plupart sont dans le domaine de l’éducation ou ont trait à des sujets directement liés à l’étude des langues. Parmi les autres domaines se trouvent les arts, les lettres et les sciences humaines de même que les sciences sociales. Seuls quelques établissements font état de cours enseignés en français dans plus d’un ou deux programmes d’enseignement.

  • Des 60 établissements anglophones du Canada, seuls 16 (26 p. 100) offrent des cours donnés en français5.
  • La majorité d’entre eux (neuf établissements) offrent ces cours, mais seulement dans un ou deux programmes d’enseignement, par exemple :
    • Université Bishop’s (Affaires, Beaux-arts);
    • Queen’s University (Études canadiennes);
    • University of Alberta (Études culturelles);
    • University of Lethbridge (Éducation).
  • Seuls sept établissements de langue anglaise affirment offrir des cours donnés en français dans plus de deux départements.

Par ailleurs, seulement un nombre relativement petit de cours sont donnés en anglais dans les établissements francophones du Québec. Seulement la moitié (sept) de ces établissements offrent de tels cours, et ceux-ci ont tendance à faire partie d’un nombre restreint de départements, notamment ceux des affaires, de la comptabilité, des sciences et de l’ingénierie.

3.2.2 L’accès aux programmes d’immersion au niveau universitaire est très limité

Les programmes d’immersion offrent aux étudiants un programme structuré dans le cadre duquel tous les cours, ou un nombre important d’entre eux, sont donnés dans la langue seconde, en leur permettant de bénéficier d’un soutien et d’une aide propres à l’apprentissage en langue seconde.

Immersion en français à l’Université d’Ottawa

  • Les étudiants suivent le tiers de leurs cours en français. Ils les choisissent parmi plus de 50 programmes de formation.
  • Les étudiants en immersion assistent aux cours avec des étudiants francophones et sont accompagnés d’un professeur de langues.
  • Des cours de soutien linguistique de 90 minutes sont offerts à de petits groupes et adaptés au contenu des cours.
  • Les finissants obtiennent la mention « Immersion en français » sur leur diplôme de même qu’un certificat d’études en langue seconde.
  • Les étudiants peuvent combiner l’immersion à un échange international ou à l’enseignement coopératif.

 

Campus Glendon – Campus bilingue spécialisé dans les arts libéraux

Toutefois, au Canada, il y a beaucoup moins de programmes d’immersion au niveau universitaire qu’aux niveaux primaire et secondaire.

Seuls quelques établissements participant au sondage ont affirmé offrir des programmes d’immersion. Les données disponibles ne fournissent aucun renseignement sur l’étendue de ces programmes, par exemple sur le nombre de cours faisant partie du programme d’immersion ou sur le nombre d’étudiants inscrits.

L’immersion est très restreinte au niveau universitaire au Canada

  • Les programmes d’immersion en français ne sont offerts que dans 17 établissements sur 84 (20 p. 100) : 10 établissements de langue anglaise dont un au Québec; deux établissements bilingues; cinq établissements de langue française dont trois au Québec.
  • La répartition régionale des possibilités d’immersion en français est inégale, et, dans la plupart des provinces, l’immersion en français n’est offerte que dans un ou deux établissements.
  • Seule l’Université Bishop’s affirme proposer l’immersion en anglais au Québec.
3.2.3 L’offre de cours de langue seconde liés à des champs particuliers d’études est limitée

Certaines universités ont commencé à offrir des cours de langue seconde adaptés à une discipline universitaire précise.

Dans le cadre de ces cours, la langue seconde est enseignée en utilisant le vocabulaire et le contenu se rapportant à une discipline universitaire précise, par exemple le français des affaires, le français juridique ou l’anglais des affaires.

Pour les étudiants, ces cours constituent un moyen intéressant et efficace d’améliorer leurs compétences en langue seconde.

  • Trente-deux des 84 établissements (38 p. 100) indiquent qu’ils donnent des cours de français langue seconde se rapportant à une matière théorique.
  • Neuf établissements du Québec offrent des cours d’anglais langue seconde liés à une matière théorique.

Cependant, le nombre d’établissements qui donnent ce type de cours de langue seconde demeure relativement limité, tout comme le nombre de cours offerts dans un éventail restreint de disciplines.

Le programme de certificat en français des affaires de l’Université Western Ontario

« Un programme unique et attrayant qui vous offre la possibilité d’atteindre un niveau de compétence élevé en français écrit et oral. Ce programme garantit que vous serez reconnu à titre de personne effectivement bilingue pouvant utiliser le français de manière efficace au travail et dans des situations d’affaires. Le programme peut vous aider à vous préparer à de nombreux types d’emplois […].

Le français est la langue maternelle de près du quart de la population canadienne et de 90 millions de personnes dans le monde. Les compétences en français constituent un atout précieux sur le marché international du travail d’aujourd’hui. »

    Brochure de l’université

  • Les étudiants suivent six cours avec crédits complets, à temps partiel ou à temps plein : trois cours de langue obligatoires de base, un cours obligatoire en français des affaires et deux cours facultatifs.
  • Parmi les choix de cours se trouvent les suivants : communication professionnelle en français, français des affaires intensif, français écrit des affaires (en ligne).
3.2.4 Peu d’établissements offrent des possibilités d’échanges au Canada

Bon nombre d’universités canadiennes ont fait valoir qu’elles offraient des possibilités d’échanges aux étudiants, ou les encourageaient afin qu’ils améliorent leurs compétences en langue seconde.

Les échanges sont de courte durée (quelques jours ou une semaine) ou de longue durée (un semestre ou une année), et prennent la forme d’échanges ou de visites d’études, d’échanges ou de visites culturels, ou encore constituent des possibilités d’emploi.

Il semble toutefois que la plupart des possibilités d’échanges soient offertes par des établissements d’autres pays, et que les possibilités d’échanges au Canada soient plutôt limitées.

  • Près de 70 p. 100 des établissements disent offrir des activités d’échanges en français langue seconde.
  • La plupart de ces échanges ont lieu avec la France ou d’autres pays francophones.
  • Un nombre relativement faible d’échanges se font avec les établissements de langue française du Québec ou d’ailleurs au Canada.
  • Au Québec, seuls cinq établissements disent offrir des activités d’échanges en anglais langue seconde.

En outre, peu de possibilités d’échanges font partie intégrante d’un programme ou d’un profil d’études, sauf dans quelques établissements.

Le Programme Frecker à la Memorial University

  • Ce programme d’immersion d’un semestre (trois mois), qui se déroule à l’automne et durant l’hiver, donne aux étudiants la chance de se rendre à Saint-Pierre-et-Miquelon.
  • Les étudiants suivent un programme universitaire complet de cinq cours (15 heures crédits) en français et habitent dans une famille francophone.
  • Les autres activités comprennent des ateliers de théâtre et de musique, des activités culturelles ayant lieu au centre communautaire, différentes excursions et des activités physiques et récréatives.
  • Les compétences langagières des étudiants sont évaluées avant et après leur participation au programme.
  • Les étudiants reçoivent des bourses financées par les gouvernements fédéral et provinciaux.
3.2.5 Les politiques et les exigences en langue seconde sont faibles ou inexistantes

La plupart des universités ne disposent pas d’une politique officielle qui reconnaît et promeut la valeur et l’importance de l’apprentissage en langue seconde, pas plus qu’elles n’établissent d’exigences en la matière.

La majorité des politiques ou des exigences citées portent sur les conditions préalables d’un programme de français langue seconde ou d’anglais langue seconde. Certains établissements exigent que les étudiants suivent quelques cours de français langue seconde ou d’anglais langue seconde pour terminer leur programme avec succès.

Les exigences existantes en matière de langue seconde sont généralement minimales (quelques cours) et s’appliquent à un petit nombre de disciplines universitaires. Elles ne font souvent référence qu’à « une langue autre que l’anglais [autre que le français au Québec] ».

  • Les deux tiers des établissements (65 p. 100, 55 établissements) n’ont aucune politique officielle sur l’apprentissage en langue seconde. Au total, 25 p. 100 de ceux-ci rapportent être dotés d’une telle politique.
  • Voici des exemples d’exigences en matière de langue seconde :
    • À la University of Regina, la Faculté des arts exige que tous les étudiants suivent des cours leur donnant six heures crédits dans une autre langue que l’anglais.
    • À la Dalhousie University, tous les étudiants au baccalauréat ès arts doivent détenir un crédit en langue (six heures).
    • Afin d’être admis à la University of British Columbia, les étudiants des écoles secondaires doivent avoir terminé un cours de 12e année dans une autre langue que l’anglais. Pour obtenir leur diplôme, les étudiants doivent suivre le cours de français 112 (cours de français IV pour débutants) ou un cours de deuxième année dans une autre langue que l’anglais.
    • À l’Université du Québec à Montréal, tous les programmes de baccalauréat en administration de l’École des sciences de la gestion exigent que les étudiants réussissent un test d’anglais de niveau intermédiaire.
    • À l’University of Lethbridge, les étudiants du programme French/Modern Languages Education doivent passer un semestre à étudier dans une institution de langue française.

Notes

2 Campus Saint-Jean à l’University of Alberta, Collège universitaire de Saint-Boniface, Université Sainte-Anne et Université de Moncton.

3 Université McGill, Université Concordia et Université Bishop’s.

4 Collège dominicain de philosophie et de théologie / Dominican College of Philosophy and Theology; Université Laurentienne / Laurentian University; Collège militaire royal du Canada / Royal Military College of Canada; Université d’Ottawa / University of Ottawa; Université de Sudbury / University of Sudbury; Campus Glendon (Université York) / Glendon Campus (York University)

5 Certains établissements de langue anglaise ont des campus qui offrent des cours en français (tel que le Campus Glendon ou le Campus Saint-Jean), mais, dans le cadre de cette étude, ces derniers sont traités séparément.



Page précédente | Table des matières | Page suivante