ARCHIVÉE - Annexe A : Tableau comparatif des principaux constats d’études antérieures

AvertissementLa Norme sur la facilité d'emploi des sites Web remplace ce contenu. Cette page Web a été archivée parce que les Normes sur la normalisation des sites Internet 2.0 ont étés annulées.

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Page 24 de 27

Principaux constats

Table ronde
du CCG

Études sur
les attitudes

Sondage
2002

APEX

CoLO

Au sein de la région de la capitale nationale, l’anglais prédomine souvent dans la culture organisationnelle.

 

La haute gestion joue un rôle primordial dans la valorisation de la dualité linguistique. La perception de l’unilinguisme de la haute gestion représente un obstacle important.

 

L’unilinguisme des administrateurs généraux ralentit les progrès vers un milieu de travail bilingue.

 

 

 

Même si les fonctionnaires sentent qu’ils peuvent communiquer dans la langue officielle de leur choix, nombre d’entre eux hésitent à exercer ce droit.

 

Bon nombre d’employés ont tendance à favoriser la langue de leur superviseur, afin que leur rendement soit reconnu à sa juste valeur.

 

 

 

En général, les francophones ont une meilleure connaissance de leur langue seconde que leurs homologues anglophones – ils ont donc tendance à utiliser cette langue avec leurs collègues anglophones.

 

 

 

Dans bon nombre de cas, les exigences linguistiques des postes de supervision ne sont pas suffisamment élevées.

 

 

 

L’atteinte du profil linguistique d’un poste bilingue ne se traduit pas nécessairement par un usage accru de la langue seconde.

 

 

 

Dans certains cas, les francophones n’ont pas accès à des outils de travail ainsi qu’à des cours de formation et de perfectionnement professionnel de qualité en langue française.

 

 

Les fonctionnaires n’ont pas toujours l’occasion de s’exprimer dans la langue officielle de leur choix au cours des réunions.

 

Dans la région de la capitale nationale, les anglophones et les francophones sont tous deux en faveur d’un usage accru du français au travail.

 

 

 

Il existe une méconnaissance et une incompréhension des droits et des obligations linguistiques.

 

 

 

Le gouvernement doit élargir l’accès à la formation linguistique.

 


  • Groupe CF inc. (NFO), Attitudes face à l’utilisation des deux langues officielles dans la fonction publique du Canada, étude présentée au Secrétariat du Conseil du Trésor, au Commissariat aux langues officielles, à Communication Canada et à Patrimoine canadien, août 2002.
  • Secrétariat du Conseil du Trésor, Sondage pour l’ensemble de la fonction publique auprès des fonctionnaires fédéraux – 2002.
  • Centre canadien de gestion, Le français à suivre? : redonner un dynamisme aux langues officielles en milieu de travail, table ronde de recherche-action du CCG sur les langues officielles en milieu de travail, Ottawa, 2003.
  • Association professionnelle des cadres supérieurs de la fonction publique du Canada, Rapport de consultations auprès des membres de l’APEX sur la révision des politiques des langues officielles – Résultats des consultations nationales de l’APEX en 2003, printemps 2004.
  • Commissariat aux langues officielles, De la parole aux gestes : la langue de travail au sein de la fonction publique fédérale, mars 2004.

Page précédente | Table des matières | Page suivante