ARCHIVÉE - III Créér un milieu de travail respectueux des droits linguistiques de son personnel(Résultats des groupes de discussion)

AvertissementLa Norme sur la facilité d'emploi des sites Web remplace ce contenu. Cette page Web a été archivée parce que les Normes sur la normalisation des sites Internet 2.0 ont étés annulées.

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Page 21 de 27

C. Tous doivent contribuer à l’atteinte des résultats

Travailler dans sa langue seconde n’est pas toujours facile et peut parfois peser lourd sans l’appui et la compréhension des collègues de travail. Par peur de répercussions fâcheuses ou par souci d’efficacité, fondés ou non, des fonctionnaires du groupe linguistique minoritaire évitent d’utiliser leur première langue officielle au travail. Ce constat est clairement ressorti des groupes de discussion (agent et personnel de soutien) anglophones de Montréal.

« Dans notre service, ça se passe en français ... c’est tout! »
« Pour rester efficace, c’est ce que j’ai fait. Je fais tout en français. »
« Dans une réunion, même avec vos collègues, vous ne vous sentez pas à l’aise de parler votre langue. »
« Vous avez le choix. Nous sentons qu’il y aura des conséquences. Si je m’adresse à ma supérieure en anglais, elle ne me respectera pas. C’est juste une question d’attitude. »
[traductions] – Agent ou personnel de soutien anglophone, Montréal

Lorsque nous avons fait part aux francophones des sentiments exprimés par leurs collègues anglophones, la plupart d’entre eux en ont été surpris, d’autres – une minorité – éprouvaient peu de compréhension à leur endroit. Ces comportements peuvent s’expliquer par le fait que leurs propres droits linguistiques sont souvent brimés lorsqu’ils communiquent avec des fonctionnaires de la RCN.

Après réflexion, les participants francophones ont reconnu que le respect devait se faire dans les deux sens et qu’ils devaient faire des efforts à cet égard.

« Nous faisons des courbettes quand quelqu’un de l’administration centrale vient à notre bureau. Nous parlons anglais. Alors qu’avec nos collègues anglophones du bureau, nous parlons français parce qu’ils doivent être capables de parler français. Si je me mets dans leur peau, oui, je peux comprendre qu’il y a des frustrations. »
« C’est le simple respect que de l’envoyer dans les deux langues. »
– Agent ou personnel de soutien francophone, Montréal

Page précédente | Table des matières | Page suivante