ARCHIVÉE - Méthodologie

AvertissementLa Norme sur la facilité d'emploi des sites Web remplace ce contenu. Cette page Web a été archivée parce que les Normes sur la normalisation des sites Internet 2.0 ont étés annulées.

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Page 4 de 14

A. COMITÉ CONSULTATIF

Avant de commencer son étude, le Commissariat a créé un comité consultatif ayant pour responsabilité de donner des conseils et des avis sur l’approche à adopter en général. Le comité se composait de trois hauts responsables d’organisations nationales et provinciales engagées dans la promotion les intérêts des artistes des minorités francophones et anglophones. Il s’agit de la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF), du Regroupement des éditeurs canadiens-français et du English-Language Arts Network. Le comité a dispensé des conseils quant à la documentation à examiner et aux personnes et organisations à interroger, puis il a validé les constatations et donné sa rétroaction sur les recommandations3. La liste des membres du comité consultatif se trouve à l’annexe.

B. PROCÉDÉS

L’étude a été réalisée avec l’aide des firmes Meta4 Creative Communications et Micheline Lesage & Associés/Associates qui ont effectué la collecte des données, mené les entrevues et rédigé un rapport pour présenter les résultats et leurs conclusions.

Deux méthodes ont été utilisées pour obtenir les informations nécessaires : une recension des écrits et un examen de la documentation pertinente concernant les politiques et les programmes, d’une part, et des entrevues auprès des institutions fédérales visées et des organismes engagés dans les arts et la culture, d’autre part.

Recension des écrits et examen de la documentation

Il existe un grand nombre de documents sur les arts et la culture des communautés francophones en situation minoritaire. Le but du Commissariat n’était pas d’effectuer une recension exhaustive de ces documents en vue de décrire la situation générale des artistes francophones en situation minoritaire, car cela aurait largement dépassé la portée de l’étude. Les écrits ont surtout servi à éclairer et à mettre en contexte les enjeux qui ont été révélés au moyen des entrevues. Il faut toutefois souligner la rareté des analyses et des études portant sur la réalité des anglophones minoritaires au Québec dans le domaine des arts et de la culture. Dans ce cas, les entrevues ont servi de source primaire de renseignements pour déterminer les enjeux auxquels font face les artistes anglophones du Québec.

Cette étude ne visait pas non plus à décrire de façon exhaustive les divers programmes fédéraux voués aux arts et à la culture. Tous les programmes de soutien qui ont fait l’objet d’une analyse sont décrits en détail sur les sites Internet des différentes instances fédérales et les lecteurs peuvent s’y référer pour obtenir plus d’informations.

En matière de données quantitatives et financières, le document de référence pour la francophonie hors Québec est l’Étude sur le positionnement de la francophonie canadienne au sein des grandes institutions culturelles fédérales 2004-2005 4. Ce document présente les données, sur une période de cinq ans, recueillies par la FCCF avec le concours financier de la Direction de la concertation interministérielle de Patrimoine canadien.

Cette étude met en contexte la contribution de ces institutions aux artistes et aux organismes artistiques et culturels de la francophonie canadienne hors Québec, tout en soulignant les écarts, les retards et les gains en matière d’appui. Les données recueillies par la FCCF comportent non seulement les sommes allouées mais aussi le nombre de demandes de subventions ou de contributions accordées aux francophones hors Québec par rapport à l’ensemble des demandes financées pour l’ensemble de la francophonie.

La question financière du côté anglophone pose des défis particuliers. En effet, il n’existe pas d’analyse d’ensemble des fonds alloués à la communauté anglo-québécoise. Les fonds attribués aux anglophones dans le cadre du Partenariat interministériel avec les communautés de langue officielle sont consignés, mais plusieurs autres programmes ne tiennent pas compte du statut minoritaire des bénéficiaires. Par exemple, une organisation telle que FACTOR, qui se consacre à promouvoir la musique en langue anglaise au Canada, ne consigne pas la première langue officielle des demandeurs (quelques-uns sont francophones), ce qui rend impossible la mesure de l’incidence de ce financement sur la minorité anglophone du Québec.

Il existe aussi des programmes pour lesquels l’analyse par statut minoritaire ne serait pas pertinente. À ce titre, on peut prendre pour exemple le programme Présentation des Arts Canada de Patrimoine canadien, qui subventionne de nombreux événements d’envergure internationale tels que le Festival International de Jazz et le Festival Juste pour rire de Montréal. Or, ces évéments s’adressent à un public varié et font appel à des artistes de partout, y compris des anglophones du Québec. Par conséquent, il est tout à fait impossible, pour de tels programmes de subventions, d’établir la part exacte qui sert le public anglophone et les créateurs anglophones du Québec.

Les données financières portant sur les anglophones du Québec sont donc plutôt fragmentaires et ne sont pas directement comparables au type de données que nous possédons sur les francophones en situation minoritaire. Quoi qu’il en soit, ce n’était pas notre intention de comparer les sommes allouées aux deux groupes linguistiques; il s’agit plutôt de vérifier si, dans chacun de ces milieux linguistiques pris séparément, les organismes et les artistes reçoivent le type de soutien qui leur permettra de contribuer à l’épanouissement de leur communauté, en fonction de leur contexte particulier.

Entrevues

Le Commissariat a effectué huit entrevues auprès d’organismes artistiques et culturels des CLOSM et treize entrevues auprès de sept ministères et organismes fédéraux. Ceux-ci se divisent en deux catégories : ceux qui versent des fonds et ont la charge des orientations (comme Patrimoine canadien) et ceux qui ont pour fonction d’assurer la prestation des arts et de la culture, de les présenter et de les diffuser (comme le Centre national des Arts et le Conseil des Arts du Canada).

Nous avons mené des entrevues au sein d’organismes artistiques afin de déterminer les enjeux qui leur semblent les plus importants et de connaître leur opinion sur l’efficacité des programmes fédéraux à l’égard de ces enjeux (voir le tableau 1). Il existe un grand nombre d’organismes francophones qui s’occupent d’art et de culture, autant du point de vue de la production que de l’animation culturelle. Plusieurs d’entre eux sont sur le terrain et dans les régions, et, par conséquent, il aurait été intéressant de pouvoir en consulter un plus grand nombre dans le cadre de cette étude. Cependant, leurs intérêts sont bien représentés par des organismes nationaux tels que la FCCF et ses organismes membres, lesquels travaillent à dégager les enjeux prioritaires et à obtenir un consensus. Reconnaissant que ces organismes cadres peuvent parler au nom de leurs membres, le Commissariat a jugé qu’il serait suffisant de limiter les entrevues aux principaux organismes nationaux.

Les entrevues, d’une durée moyenne d’une heure et demie, ont été réalisées à l’automne 2006, en personne dans le cas des représentants habitant la région de la capitale nationale et Montréal, et au téléphone dans tous les autres cas. Deux guides d’entrevue ont été rédigés dans les deux langues officielles : le premier était destiné aux ministères et organismes gouvernementaux, le second, aux représentants des organismes artistiques.

Une discussion ouverte à la fin de chacune des entrevues a permis d’explorer d’autres aspects de la question, de valider certains commentaires de personnes interrogées et, dans certains cas, de prendre connaissance de documents particuliers difficiles à obtenir. La liste des personnes ayant participé aux entrevues se trouve à l’annexe.

Tableau 1 – Liste des organisations ayant pris part aux entrevues
Ministères et organismes
fédéraux et partenaires
Nombre
d’entrevues
Patrimoine canadien 5
Conseil des Arts du Canada 3
Centre national des Arts 1
Office national du film 1
Téléfilm Canada 1
FACTOR 1
MUSICACTION 1
Organisations non gouvernementales vouées aux arts  
Alliance nationale de l’industrie musicale 1
Association des groupes en arts visuels francophones 1
English-Language Arts Network 1
Fédération culturelle canadienne-française 1
Quebec Drama Federation 1
Quebec Writers’ Federation 1
Regroupement des éditeurs canadiens-français 1
Réseau atlantique de diffusion des arts de la scène 1

Notes

3 Grâce à la précieuse contribution du Comité consultatif, le Commissariat a pu faire valider les conclusions de l’étude, mais il est le seul responsable des recommandations finales.

4 Fédération culturelle canadienne-française, Étude sur le positionnement de la francophonie canadienne au sein des grandes institutions culturelles fédérales : mise à jour des tableaux pour les années 2003-2004 et 2004-2005, mars 2007.

Page précédente | Table des matières | Page suivante