ARCHIVÉE - Ottawa, le 18 mai 2006

AvertissementLa Norme sur la facilité d'emploi des sites Web remplace ce contenu. Cette page Web a été archivée parce que les Normes sur la normalisation des sites Internet 2.0 ont étés annulées.

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Une vision plus claire 

Lancement du rapport Une vision plus claire : évaluer la vitalité des communautés


Dyane Adam - Commissaire aux langues officielles

Seul le texte prononcé fait foi

 

Mesdames et messieurs, bonjour.

Je vous remercie de vous être déplacés pour assister au lancement de cette étude sur la vitalité communautaire : Une vue plus claire / A Sharper View.

Ceci est l’étude la plus récente du commissariat sur la vitalité des communautés. En effet, il y a un an à peine, nous avons publié l’étude intitulée Vers l’avant / Going forward sur l’évolution de la communauté anglophone du Québec. La présente étude est cependant différente : plutôt que de s’attarder sur le développement d’une communauté en particulier ou d’un aspect de ce développement, elle donne un aperçu des connaissances actuelles sur la notion de vitalité communautaire. L’étude s’adresse à toutes les communautés de langue officielle et à toutes les institutions fédérales.

Cette étude est le fruit d’une longue réflexion sur la vitalité des communautés de langue officielle en situation minoritaire. En effet, l’intérêt pour la vitalité est de plus en plus manifeste, tant pour les communautés elles-mêmes que pour les milieux de recherche, et elle est assurément d’actualité pour le gouvernement actuel. Le 24 novembre 2005, le Parlement a adopté le projet de loi S-3, clarifiant ainsi les obligations figurant à la partie VII de la Loi sur les langues officielles. Chacune des institutions fédérales doit dorénavant prendre des « mesures positives » pour concrétiser l’engagement du gouvernement fédéral à l’égard de la vitalité des communautés de langue officielle en milieu minoritaire et de la promotion de la dualité linguistique. Cette nécessité d’agir suppose que les institutions fédérales voudront s’ouvrir aux connaissances sur la vitalité.

Cette étude parcourt l’univers conceptuel des études qui ont fait progresser la connaissance sur les communautés de langue officielle et sur leur vitalité. Ce tour d’horizon indique que la vitalité des communautés est une réalité d’un grand intérêt, bien qu’elle ne soit pas comprise de tous de la même façon. Un consensus se dégage pourtant selon lequel, pour bien agir sur la vitalité, il faut mieux la connaître, d’où l’importance de créer une diversité de savoirs concernant les communautés et leur développement.

En somme, les communautés ont de bonnes raisons et, jusqu’à un certain point, les moyens de prendre en charge les savoirs relatifs à leur vitalité. Cette prise en charge est une condition sine qua non pour renforcer cette vitalité et atteindre l’égalité prescrite par la Loi.

L’étude rappelle toute l’importance de bien planifier les activités de développement, de poser les bons diagnostics et de s’appuyer sur la connaissance afin d’avoir une plus grande emprise sur l’objectif recherché. Chacun a la responsabilité de mieux s’outiller pour évaluer les activités et les initiatives d’envergure qui contribuent à renforcer la vitalité des communautés. Cette étude s’avère une référence fort utile et constitue un point de départ pour ceux et celles qui voudront suivre cette voie ou en ont la responsabilité gouvernementale.

Par conséquent, les institutions fédérales devront nécessairement se rapprocher des communautés et les considérer comme de véritables équipiers dans cette démarche pour une vitalité accrue. Le gouvernement doit donc mettre en place des mécanismes de concertation appropriés et soutenus avec les communautés mêmes, ainsi qu’avec tous les joueurs clés, en particulier les autres gouvernements.

Merci. J’invite maintenant Marc Johnson à nous présenter les grandes lignes du rapport.