ARCHIVÉE - Toronto, le 7 avril 2003

AvertissementLa Norme sur la facilité d'emploi des sites Web remplace ce contenu. Cette page Web a été archivée parce que les Normes sur la normalisation des sites Internet 2.0 ont étés annulées.

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Cérémonie spéciale de citoyenneté

Notes pour une cérémonie spéciale de citoyenneté École secondaire Étienne Brûlé


Madame Dyane Adam - Commissaire aux langues officielles

Seul le texte prononcé fait foi

Message de la commissaire aux langues officielles pour la cérémonie de citoyenneté

Aujourd'hui, vous avez obtenu votre citoyenneté canadienne. Je vous félicite chaleureusement. Cette journée constituera sûrement un moment mémorable qui vous marquera pour toujours.

Se joindre à la famille canadienne est plus qu'un acte administratif. Cette journée est le début d'un nouveau chapitre dans une aventure, une aventure qui pour la plupart d'entre vous a débuté à l'autre bout du monde. Je souhaite que cette aventure continue et que l'acquisition de la citoyenneté canadienne soit le début de nouvelles découvertes. En tant que commissaire aux langues officielles, je vous parle surtout des découvertes entourant nos deux langues officielles.

Laissez-moi vous parler un peu de la manière dont j'ai découvert la dualité linguistique canadienne. Je suis une franco-ontarienne, née dans l'Est de l'Ontario à une époque où ce n'était pas toujours évident de fonctionner dans les deux langues. J'ai grandi à Casselman, un village francophone où presque personne ne parlait anglais – du moins jusqu'à ce qu'ils fréquentent la seule école secondaire de la ville, qui était unilingue anglaise : la Casselman Cambridge High.

Nous sommes 16 enfants dans ma famille – je ne vous en dit pas plus, car ça c'est une autre histoire, comme on dit! – mais je suis la plus jeune, et la plupart de mes frères et sœurs n'ont pas pu étudier en français au secondaire. Lorsque mon tour fut venu, la plupart des cours étaient enfin donnés en français à la Cambridge High, mais les sciences étaient toujours enseignées exclusivement en anglais. Alors le résultat, c'est qu'un bon nombre de mes camarades francophones ne réussissaient pas bien en sciences et ils ont décroché, tout simplement.

Je ne saurais vous dire combien je suis émue de constater comment les temps ont changé. Aujourd'hui, nous nous retrouvons ici, à Toronto, dans une école secondaire francophone, où tous les francophones de partout au monde étudient en français et où nous rendons hommage aujourd'hui à nos nouveaux concitoyens par le biais d'une cérémonie bilingue très spéciale.

En regardant vers notre passé, la dualité linguistique n'a pas toujours su se frayer un chemin facile. Aujourd'hui, la route s'est adoucie, mais il y a encore des embûches. Comme vous le savez, ce n'est pas toujours le chemin le plus facile qui mène à l'apprentissage et l'épanouissement. Dans cette même perspective, le Canada a su surmonter les défis liés à la dualité linguistique et les bienfaits sont évidents! La dualité linguistique ne consiste pas seulement à parler deux langues; elle nous a appris à construire une société autour des valeurs de tolérance et de respect.

Nous sommes parvenus à désamorcer les tensions en discutant de nos problèmes, et en trouvant des moyens pour que les droits de tous soient respectés.

C'est la raison pour laquelle des villages comme Casselman ont maintenant des écoles secondaires de langue française. C'est aussi la raison pour laquelle la ville la plus grande du Canada a maintenant des écoles comme Étienne-Brûlé, où les francophones peuvent être instruits dans leur langue, et décider ensuite de faire leurs études universitaires en français.

L'éducation est un des grands avantages de notre dualité linguistique. Il y a de maintes opportunités dans notre pays pour s'offrir ou offrir à ses enfants le cadeau du bilinguisme. Beaucoup d'entre vous parlent déjà plusieurs langues et vous savez que cela influence notre façon de penser, nous rend plus ouverts aux opinions et aux perceptions qui sont différentes des nôtres. Je peux affirmer que devenir bilingue est l'une des choses les plus merveilleuses qui me soient arrivées et que le bilinguisme m'a graduellement ouvert toute grande la porte à une vaste gamme de nouvelles possibilités.

La dualité linguistique canadienne est une affirmation de l'ouverture de notre société envers les deux grands groupes linguistiques qui composent notre pays mais aussi d'un esprit d'ouverture au-delà de nos frontières.

Le français et l'anglais sont deux langues internationales qui offrent à notre pays l'opportunité de faire partie de deux regroupements de nations importants : le Commonwealth, qui compte 54 pays membres, et la Francophonie qui est composée de 56 pays et gouvernements participants. Ces regroupements nous donnent accès à plus de marchés et nous donnent des occasions formidables de parler et de travailler avec plus de la moitié des pays membres des Nations Unies. L'anglais et le français permettent au Canada de s'ouvrir sur le monde et au monde de s'ouvrir sur le Canada.

Au Canada notre dualité linguistique s'exprime à plusieurs niveaux. Le Québec est le foyer principal du français au Canada, mais en voyageant à travers le Canada, vous verrez qu'il y a des communautés francophones dans toutes les provinces et les trois territoires de notre pays. Au Québec même, vous constaterez la présence d'une communauté anglophone très dynamique. Chacune de ses communautés a sa propre histoire, ses accents, ses écoles, ses artistes, ses entreprises et ses associations. Peu importe leurs différences, elles vibrent quotidiennement au son de l'une ou de l'autre langue officielle de notre pays.

Dans mon rôle de commissaire aux langues officielles, ma mission est d'assurer la réalisation des objectifs de la dualité linguistique canadienne qui sont inscrits dans la Loi sur les langues officielles. Je m'assure que le gouvernement fédéral fonctionne dans les deux langues et vous offre des services dans la langue officielle de votre choix. Aussi, je protège les droits linguistiques des canadiens et canadiennes et je fais la promotion de nos deux langues comme valeur fondamentale canadienne. Mais au-delà de mes rôles officiels je me vois comme la commissaire de quelque chose de très spécial, et de très canadien, le bilinguisme. Le fait de parler deux langues a des atouts formidables. Nous nous exprimons deux fois mieux, nous sommes deux fois plus ouverts aux immigrants, nous sommes deux fois plus accueillants envers les touristes et nous réussissons deux fois mieux en affaires.

En bout de ligne, le bilinguisme fait partie intégrante du tissu dont est fait le Canada, tissu représenté sur cette épinglette du Commissariat. Cet emblème argent et or que vous venez de recevoir illustre le fait qu'un tissu est composé de nombreux fils. Il représente comment les citoyens et citoyennes de ce pays, qui parlent le français ou l'anglais et ont des racines fort diverses, forment un tissu social que l'on appelle, le Canada. J'espère que vous la porterez avec autant de fierté que moi-même.

En tant que nouveaux citoyens et citoyennes canadiens, vous êtes invités à célébrer votre appartenance au Canada. Que cette journée remplie d'émotions ne soit qu'un début! Je vous encourage à contribuer au mieux-être de votre communauté afin de faire du Canada un pays meilleur et plein d'opportunités pour nous tous.

Toutes mes félicitations!