ARCHIVÉE - Ottawa, le 3 mai 2005

AvertissementLa Norme sur la facilité d'emploi des sites Web remplace ce contenu. Cette page Web a été archivée parce que les Normes sur la normalisation des sites Internet 2.0 ont étés annulées.

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Remise du Prix Léon du Leadership

Notes pour une allocution 


Dyane Adam – Commissaire aux langues officielles

Seul le discours prononcé fait foi

Mesdames et Messieurs,

C’est pour moi un grand plaisir d’être parmi vous ce matin, afin de remettre le Prix Léon du Leadership 2004-2005. Depuis quatre ans déjà, le Commissariat aux langues officielles présente le Prix Léon à un sous-ministre ou à un chef d’agence qui a fait preuve d’un leadership exemplaire et qui a pris des mesures pour établir une culture organisationnelle qui encourage la dualité linguistique.

Dans le présent contexte de multiples pressions exercées sur notre fonction publique, je crois qu’il est encore plus important de reconnaître le leadership exemplaire. Et bien sûr, derrière un bon chef de file se trouve une équipe tout aussi remarquable.

Cette année, je suis heureuse de présenter ce prix à votre président, monsieur Marcel Beaudry. Avant de vous exposer les raisons pour lesquelles monsieur Beaudry se voit décerner le Prix Léon, permettez-moi de vous faire brièvement l’historique de ce prix.

Vous savez sans doute, qu’en plus d’offrir un certificat, nous remettons une mascotte appelée Léon, représentant un cheminot aux commandes du train des langues officielles. Ce sont les conseils fédéraux des provinces de l’Atlantique qui m’ont fait cadeau de cette mascotte en 2001, lors du Symposium de l’Atlantique sur les langues officielles. Léon nous rappelle que pour arriver à destination – l’égalité de nos deux langues officielles – il faut compter sur l’aide de conducteurs, de leaders dévoués, comme monsieur Beaudry. Permettez-moi d’apporter ma petite touche personnelle. J'ai appelé la mascotte du Prix du Leadership en langues officielles Léon en souvenir de mon frère qui était chef de train.

Les réalisations de monsieur Beaudry en matière de langues officielles sont nombreuses, et vous les connaissez sans doute. Mais je tiens à en souligner quelques-unes qui montrent sans équivoque à quel point il a excellé et a été un agent de changement exemplaire.


Réalisations au sein de la Commission de la capitale nationale

Sous la direction de monsieur Beaudry, la haute direction de la CCN a approuvé un cadre de gestion basé sur le respect, le bien-être et l’engagement. Les langues officielles ont également leur place dans ce cadre qui encourage l’utilisation du français et de l’anglais dans votre milieu de travail. Par la suite, plusieurs moyens ont été pris pour conforter cette position.

Soulignons d’abord que vous avez développé un protocole et produit un guide portant sur la manière de présider avec succès une réunion bilingue.

Puis, pour satisfaire les besoins de formation de vos employés, vous avez conclu une entente avec une école de langue dispensant ses services en milieu de travail. Ainsi, soixante employés ont-ils l’occasion de passer leur heure du midi au rythme de leur langue seconde. Après tout, une langue qu’on ne parle pas est une langue qu’on abandonne peu à peu.

Votre service au public profite aussi des retombées de ces dispositions. En effet, une évaluation de votre service téléphonique par l’Agence de gestion des ressources humaines de la fonction publique du Canada et des observations de notre bureau sur le service offert en personne ont révélé que la CCN affiche un bon rendement global au chapitre de l’offre active et, dans 100 p. 100 des cas, était en mesure d’offrir un service dans les deux langues.

Dans votre Commission, le message est clair : la Loi sur les langues officielles et ses politiques se vivent au quotidien dans le milieu de travail.


Réalisations pour la communauté outaouaise

Avec l’appui de monsieur Beaudry, la CCN a souscrit au projet pilote d’Aide aux entreprises de la ville d’Ottawa. Dans le cadre de ce projet, la CCN a élaboré un plan d’action comportant discussions, évaluations, outils pratiques et assistance dans le but de s’assurer que les locataires commerciaux comprennent bien leurs obligations quant aux langues officielles et les respectent.

De plus, la CCN s’est associée à différents partenaires pour obtenir la tenue, dans la région, de l’émission télévisée de Bernard Pivot, Les trophées de la langue française. Cette émission, qui rend hommage aux francophones s’étant investis dans divers domaines, a été diffusée par TV5 dans 43 pays à l’occasion du Sommet de la Francophonie de 2004 et a favorisé la notoriété internationale de la région de la capitale nationale tout en mettant le français en valeur.

Enfin, la CCN s’est investie dans des projets d’envergure au cours desquels elle a fait la promotion du bilinguisme dans la région de la capitale nationale. D’une part, grâce au Sussex Cinéma, un festival de films français projetés en plein air qu’elle a coordonné. D’autre part, via les cours historiques de la promenade Sussex qu’elle a animées lors du 400e anniversaire de la présence française en Amérique du Nord.


Conclusion

Monsieur Beaudry, je rends hommage à votre leadership en matière de langues officielles. Il a réellement contribué à l’épanouissement de la société canadienne, et je vous encourage à poursuivre dans cette voie. Toutes mes félicitations!