ARCHIVÉE - Ottawa, le 25 février 2009

AvertissementLa Norme sur la facilité d'emploi des sites Web remplace ce contenu. Cette page Web a été archivée parce que les Normes sur la normalisation des sites Internet 2.0 ont étés annulées.

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Notes pour une allocution dans le cadre du lancement des Lauriers de la PME 2009
et de la signature d’un protocole entre RDÉE Canada et la
Commission canadienne du tourisme


Graham Fraser – Commissaire aux langues officielles

Seul le texte prononcé fait foi

Madame la Ministre [Ablonczy], Monsieur l’Ambassadeur [Delattre], Monsieur Reford, Monsieur Croze, Monsieur Lavoie, Mesdames et Messieurs, bonjour.

C’est un grand plaisir d’être ici aujourd’hui dans le cadre du lancement des Lauriers de la PME 2009 et de la signature d’un protocole entre RDÉE Canada et la Commission canadienne du tourisme. Votre travail aura d’importantes répercussions sur l’économie de nos provinces ainsi que sur nos communautés francophones en situation minoritaire. En signant ce protocole, vous assurez que nos communautés de langue officielle seront bien représentées dans le cadre des Jeux olympiques de 2010, mais aussi bien au-delà de cet événement d’envergure internationale.

Déjà, le Réseau a fait ses preuves dans certaines régions du pays, notamment, grâce à son entente avec Industrie Canada, en Colombie-Britannique. Cette entente a permis de dynamiser le tourisme francophone dans cette province, où, d’ailleurs, ce secteur de l’économie continue de prendre une avance considérable sur les autres secteurs1. Notons également les parcours touristiques francophones mis sur pied au Manitoba, en Ontario et ailleurs, qui appuient le tourisme régional en servant de tremplin pour attirer des touristes francophones, tout en augmentant la visibilité de nos communautés francophones en situation minoritaire, leurs sites et leur histoire. Selon moi, il s’agit d’un grand pas dans la bonne direction.

Les réseaux de chaque province ont des défis et des réalités bien différentes. J’espère que le gouvernement fédéral les prendra en considération et qu’il continuera de reconnaître le travail important fait par les réseaux.

Quant à la Commission canadienne du tourisme, je tiens premièrement à vous féliciter de vos progrès considérables depuis quelques années en ce qui concerne vos obligations face à la Loi sur les langues officielles. D’une vérification très décevante en 2005 jusqu’à votre bulletin de rendement très prometteur l’an dernier, vous avez fait preuve d’engagement sérieux envers la promotion de nos deux langues officielles et de nos communautés linguistiques.

Je vous encourage à continuer à aller au-delà de ce qui est attendu de vous et à chercher des partenaires, comme le Réseau, qui peuvent vous appuyer dans la promotion du tourisme dans les régions linguistiques en situation minoritaire au Canada.

De mon côté, je continuerai à encourager les partenariats entre institutions fédérales. Ces collaborations sont essentielles afin d’assurer que les programmes et services de ces institutions répondent bien aux besoins de toutes les communautés de langue officielle de notre pays.

Justement, plus tôt ce mois-ci, la Cour suprême a rendu un jugement très important concernant les obligations des institutions fédérales en matière de service au public. En effet, dans l’affaire Desrochers, la Cour a clairement établi que l’égalité linguistique ne doit pas être examinée de façon étroite. Les institutions fédérales doivent plutôt tenir compte de la nature et des objectifs des services offerts et, selon le cas, tenir compte des besoins des communautés de langue officielle dans l’élaboration et la mise en œuvre du service en question. Dans certains cas, des services substantiellement différents doivent donc être offerts en français et en anglais.

Conclusion

Le protocole d’aujourd’hui jettera les assises pour une plus grande promotion des communautés de langue officielle, qui ira bien au-delà des Jeux olympiques. Les outils que vous avez conçus et que vous concevrez, comme les montages vidéo de nos diverses communautés de langue officielle, vous serviront pendant de nombreuses années à venir.

De telles initiatives vous permettront de donner une image authentique du Canada à chaque visiteur dans le cadre des Jeux, qu’il soit Canadien ou d’un autre pays. Ces initiatives vous permettront également de présenter la dualité linguistique et nos cultures diverses à leur meilleur.

Votre entente est la preuve d’une approche novatrice en matière de tourisme. Depuis plusieurs années, ce secteur est en déclin et les statistiques le démontrent. À preuve, les Américains nous visitent moins. Ce sera donc avantageux pour les provinces et les territoires d’attirer davantage la clientèle québécoise et internationale francophone, un marché qui n’est  pas pleinement exploité. Pour emprunter et adapter un slogan publicitaire des années 1970, « On est 30 millions, ‘faut se parler ». Ce protocole constitue un autre bon moyen de percer auprès de ces groupes. Et j’attendrai avec grand intérêt les prochaines initiatives du Réseau et de la Commission canadienne du tourisme.

  • Allez voir le commissaire sur YouTubeExternal site.

1. Trends in BC’s tourism sector, http://www.bcstats.gov.bc.ca/pubs/bcbi/bcbi0801.pdfSite externe