ARCHIVÉE - New Richmond, le 23 août 2009

AvertissementLa Norme sur la facilité d'emploi des sites Web remplace ce contenu. Cette page Web a été archivée parce que les Normes sur la normalisation des sites Internet 2.0 ont étés annulées.

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Notes pour une allocution devant la communauté d’expression anglaise
de New Richmond


Graham Fraser – Commissaire aux langues officielles

Seul le texte prononcé fait foi

Bonjour à tous et merci de votre chaleureux accueil.

Cette année représente un jalon important pour le patrimoine linguistique de notre pays, car nous célébrons le 40e anniversaire de la Loi sur les langues officielles. Pour votre région en particulier, cette année constitue une autre étape importante, soit le 475e anniversaire de Gaspé.

C’est également aujourd’hui que je fais ma première visite officielle dans la péninsule gaspésienne depuis ma nomination à titre de commissaire aux langues officielles en 2006.

Je suis venu en Gaspésie à plusieurs reprises, mais toujours en tant que journaliste lors de campagnes électorales, passant d’un autobus à un autre. J’ai toujours voulu y revenir.

En ma qualité de journaliste à Québec, j’étais bien au courant de l’énergie et de la détermination de la communauté anglophone de la Gaspésie. J’ai entendu les histoires entourant la fondation du CASA (Committee for Anglophone Social Action) et l’énorme somme de travail qui a été accomplie dans ces collectivités au fil des ans.

La communauté d’expression anglaise est éparpillée sur plus d’une centaine de kilomètres, mais il est clair que vous êtes très près les uns des autres et que votre patrimoine et votre communauté vous inspirent une grande fierté. Avec des organismes comme le CASA, le Réseau communautaire et le CEDEC (Comité de l'employabilité et du développement économique communautaire), pour n’en nommer que quelques-uns, il ne fait aucun doute que vous prenez en mains les enjeux qui vous affectent en vue d’assurer la vitalité continue de votre communauté.

La fierté que vous éprouvez envers votre communauté est incontestable quand on se retrouve ici, dans le Village gaspésien de l’héritage britannique. De telles installations montrent le rôle important que les colons anglais ont joué dans l’histoire de la péninsule gaspésienne. Les Écossais ont été les premiers Européens à s’installer dans la région de New Richmond, attirés surtout par l’excellent potentiel que représentait l’industrie de la pêche de la région. Au XVIIIsiècle, des noms comme Duthie, Garrett et McLennan étaient communs ici et, encore aujourd’hui, on les retrouve dans la communauté. Vers la fin du siècle, des Acadiens comme les Leblanc, les Arseneau et d’autres se sont joints à eux, au moment de leur réinstallation sur la côte à la suite de la déportation de 1755. Le Village gaspésien de l’héritage britannique reconnaît l’importance historique de la dualité linguistique et celle de construire des ponts entre les francophones et les anglophones. Il sert également à souligner la contribution historique du peuple micmac de la région.

Tandis que la péninsule gaspésienne affronte un renouveau économique, une population vieillissante et l’exode des jeunes, il est d’autant plus important que tous les membres de la communauté participent au dialogue sur comment améliorer la vie communautaire et assurer la vitalité des communautés linguistiques en situation minoritaire, ce qui doit être considéré comme un atout important de la région. Tous les ordres de gouvernement devraient aussi participer à cet exercice; le gouvernement fédéral a le mandat prescrit par la loi de soutenir nos communautés de langue officielle. Quant à lui, le gouvernement provincial a aussi certaines obligations à cet égard.

Sur le plan économique, la péninsule gaspésienne fait face à une transition. À mesure qu’elles s’éloignent des industries des mines, des pêches et du bois, les communautés d’expression française et anglaise devront travailler de près les unes avec les autres pour profiter pleinement des occasions nouvelles qui se présentent. Je sais que beaucoup de travail a déjà été fait pour développer le tourisme et l’écotourisme dans la région. Les jeunes anglophones, avec leurs niveaux élevés de bilinguisme, constitueront un atout précieux dans cette industrie. Je pense particulièrement aux programmes offerts par le Cégep de la Gaspésie et des Îles à Gaspé.

Le fait d’offrir des programmes comme celui du tourisme d’aventure peut aider les jeunes gaspésiens à se trouver du travail dans leur région. Ça les encourage également à rester dans leur région, réduisant par le fait même les taux d’exode.

Le monde du tourisme est en pleine évolution. Les voyageurs ont des exigences plus élevées : ils veulent se fatiguer le jour pour mieux se reposer le soir. Le tourisme d’aventure – la randonnée, l’observation d’oiseaux, le kayak – dans la journée, suivi d’un bain chaud, d’un bon repas, d’une bonne bouteille de vin et d’un lit à la fois ferme et moelleux.

Les programmes offerts dans cet établissement, qui peuvent être suivis dans les deux langues, constituent une excellente occasion pour les membres des deux communautés linguistiques d’améliorer leurs compétences dans l’autre langue. De tels programmes permettent aussi aux jeunes d’améliorer leurs connaissances de la langue, de la culture et des enjeux de l’autre communauté. Ils servent à rassembler les communautés.

Le fait de préparer nos jeunes pour l’avenir est essentiel pour assurer la vitalité de la communauté. La communauté d’expression anglaise d’ici est très attentive aux besoins de ses jeunes. Des initiatives comme l’embauche récente pour la région de deux coordonnateurs de programmes jeunesse chargés d’aider les étudiants à obtenir les renseignements nécessaires au sujet d’emplois futurs et à accéder à occasions de jumelage dans leur domaine, aideront à les garder dans vos communautés. Après tout, les jeunes sont nos leaders de demain et nous devons leur fournir les outils dont ils ont besoin pour qu’ils puissent bien s’acquitter de leur rôle.

Le changement démographique est également en train de redessiner la région. Sa population d’expression anglaise vieillissante fait de plus en plus ressortir le besoin d’établir de solides collaborations entre les communautés d’expression française et anglaise en vue de garantir que les services nécessaires sont fournis à tous les membres de la communauté. À titre d’exemple, Immersion Baie‑des‑Chaleurs travaille à la formation en anglais de travailleurs en soins de santé afin qu’ils soient en mesure de fournir de meilleurs soins aux membres de la communauté d’expression anglaise. Comme la population dépend de plus en plus du système de soins de santé, il est essentiel que les aînés et les personnes malades soient en mesure de communiquer avec travailleurs de la santé qui les soignent.

Votre région n’est pas à l’abri des pénuries canadiennes d’infirmières et de médecins. Toutefois, des organismes comme le Community Health and Social Services Network ont beaucoup fait pour améliorer les services en anglais. Les chefs de file francophones en matière de santé en Gaspésie ont également accompli beaucoup de travail à cet égard. Certains problèmes demeurent, mais j’encourage toutes les parties à poursuivre sur leur lancée.

Avec ses racines qui remontent au XVIIIe siècle, la communauté anglophone de la péninsule gaspésienne fait preuve de résilience sans pareil. Tandis que vous affrontez les enjeux du XXIe siècle, votre communauté dépend de votre engagement et de votre volonté d’améliorer la qualité de vie de votre région. Quand je vous vois réunis ici aujourd’hui, j’y trouve la preuve que votre communauté est forte. Vous devez tous être très fiers de vos nombreuses réalisations. Je profiterai de ma rencontre avec vous aujourd’hui pour établir le fondement de nos nombreuses collaborations à venir.

Je vous remercie.