ARCHIVÉE - Agence Parcs Canada 2008-2009

AvertissementLa Norme sur la facilité d'emploi des sites Web remplace ce contenu. Cette page Web a été archivée parce que les Normes sur la normalisation des sites Internet 2.0 ont étés annulées.

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bulletin de rendement 2008-2009
Agence Parcs Canada

Gestion du programme des langues officielles
(15 %)

Note

Le plan d’action 2007-2010 de l’Agence Parcs Canada en matière de langues officielles présente les initiatives requises pour réaliser les objectifs des parties IV, V, VI et VII de la Loi sur les langues officielles. Il définit les résultats attendus, précise les principaux responsables et détermine les échéanciers. Le plan d’action est fondé sur les priorités établies par l’Agence et précise les attentes des centres de responsabilité.

L’Agence surveille la mise en œuvre de son plan d’action. Toutefois, elle ne fait pas de rapports de progrès. Aucune mesure ciblée n’a été ajoutée au plan pour donner suite à la lacune indiquée dans son bulletin de rendement 2007-2008 du Commissariat en ce qui a trait à la faible représentation des anglophones parmi son personnel au Québec. L’Agence a prévu effectuer une revue de son plan à la fin du cycle de trois ans.

Les cadres supérieurs du bureau national, les unités de gestion et les centres de services rendent annuellement des comptes sur leurs réalisations, leurs activités de surveillance et leurs efforts pour améliorer les résultats ou corriger les lacunes en matière de langues officielles.

L’Agence devrait augmenter ses efforts et ses actions de surveillance en matière de langue de service et revoir son plan d’action en conséquence.

Le plan d’action de l’Agence sur la partie VII de la Loi ainsi que l’état des réalisations relatives à l'application de l'article 41 pour l’année 2007-2008, soumis à Patrimoine canadien, servent de mécanismes permanents pour assurer que la planification stratégique et l’élaboration de politiques et de programmes tiennent compte de l’obligation de favoriser le développement des communautés de langue officielle en situation minoritaire (CLOSM) et de promouvoir l’égalité de statut et l’usage du français et de l’anglais dans la société canadienne.

L’Agence Parcs Canada collabore pleinement et activement au traitement des plaintes que le Commissariat reçoit à son endroit.

B

Service au public – Partie IV de la Loi sur les langues officielles (30 %)

D’après les observations sur le service en personne réalisées par le Commissariat entre juin et décembre 2008, l’offre active visuelle était présente dans 92,9 % des cas, l’offre active par les préposés était faite dans 39 % des cas, tandis que le service dans la langue de la minorité linguistique était disponible dans 88,9 % des cas.

D’après les observations sur le service au téléphone réalisées par le Commissariat entre juin et décembre 2008, l’offre active par les préposés ou par un système automatisé était faite dans 81,8 % des cas, tandis que le service dans la langue de la minorité linguistique était disponible dans 80,3 % des cas.

D’après les observations sur le service par courriel réalisées par le Commissariat entre septembre et décembre 2008, la disponibilité des services offerts par l’institution est comparable pour les deux groupes linguistiques 90 % du temps; elle est à l’avantage des francophones 10 % du temps. Toutefois, le délai de réponse est, en moyenne, 40,46 heures plus long en français qu’en anglais.

C

Langue de travail – Partie V de la Loi sur les langues officielles (25 %)

Le sondage effectué par Statistique Canada pour le compte du Commissariat a établi que 74,7 % de l’ensemble des répondants francophones de la région de la capitale nationale (RCN), du Nouveau-Brunswick et des régions bilingues de l’Ontario étaient « entièrement d’accord » ou « plutôt d’accord » avec le régime de la langue de travail. Au Québec, le nombre de répondants anglophones n’était pas suffisant pour protéger la confidentialité des résultats.

Voici les taux de satisfaction obtenus pour les répondants francophones, selon les différentes questions.

Questions du sondage

Répondants francophones

Répondants anglophones

Le matériel et les outils de travail mis à ma disposition dans le cadre de mon travail, y compris les logiciels et les autres outils informatisés, sont disponibles dans la langue officielle de mon choix.

82 %

s.o.

Lorsque je rédige des documents, y compris des courriels, je me sens libre de le faire dans la langue officielle de mon choix.

63 %

s.o.

Lorsque je communique avec mon (ma) superviseur(e) immédiat(e), je me sens libre de le faire dans la langue de mon choix.

82 %

s.o.

Durant les réunions de mon unité de travail, je me sens libre d’utiliser la langue officielle de mon choix.

67 %

s.o.

Mon organisation offre de la formation dans la langue officielle de mon choix.

79 %

s.o.

C

Participation des Canadiens d’expression française et d’expression anglaise – Partie VI de la Loi sur les langues officielles (10 %)

Dans l’ensemble du Canada, l’effectif est composé à 24,7 % de francophones.

Au Québec, en excluant la RCN, l’effectif est composé à 2,7 % d’anglophones.

(Source : Agence Parcs Canada, 17 février 2009)

C

Développement des communautés de langue officielle en situation minoritaire et promotion de la dualité linguistique – Partie VII de la Loi sur les langues officielles (20 %)

En 2008, l’Agence a entrepris l’examen de l’ensemble de ses politiques et de ses programmes en vue de cibler ceux qui ont une incidence sur l’épanouissement des CLOSM.

L’Agence a tenu une consultation nationale auprès de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada en l’invitant à commenter sur sa mise en œuvre de l’article 41 de la Loi et ses orientations futures. Cette mesure devrait être accompagnée d’efforts supplémentaires afin que l’Agence joue un rôle plus important dans l’épanouissement des CLOSM et dans la promotion du français et de l’anglais.

L’Agence distribue le Bulletin 41-42 aux coordonnateurs régionaux et aux gestionnaires. Elle consacre également une section de son site intranet à la partie VII de la Loi.

Un réseau de coordonnateurs des langues officielles a été créé au sein de l’Agence, ce qui favorisera une présence accrue des langues officielles dans les diverses unités de travail ainsi que la mise en commun des meilleures pratiques.

L’Agence poursuit ses activités de liaison régionale avec les CLOSM ainsi que sa participation aux conseils fédéraux.

Sur une base régulière, l’Agence invite les membres des CLOSM à participer aux consultations au sujet des plans directeurs régionaux. Par exemple, les unités de gestion du Manitoba et de la Gaspésie ont des comités consultatifs qui incluent des représentants des CLOSM.

Une autre initiative qui se poursuit est le partenariat de l’Agence avec des représentants des districts scolaires francophones et anglophones, dont les CLOSM, pour l’enseignement du français et de l'anglais.

L’Agence distribue sa trousse d’outils pour le service au public dans les deux langues officielles à des détenteurs de baux commerciaux sous contrat qui livrent un service au public. Cette trousse comprend des conseils, des phrases clés en français et en anglais, et rappelle la clause linguistique de l’entente.

Les employés de Parcs Canada d’un bout à l’autre du pays participent activement aux événements des Rendez-vous de la Francophonie.

Les deux ententes conclues l’an dernier dans le cadre du Partenariat interministériel avec les communautés de langue officielle, soit celle concernant le projet pour les pêcheurs et les marins anglophones des Îles-de-la-Madeleine et celle relative à la maison Dobel-Roberts, située dans le parc national du Canada Forillon, se poursuivent.

Au Congrès mondial acadien, qui se tiendra en août 2009 à Caraquet, au Nouveau-Brunswick, l’Agence tiendra un stand où seront mis en valeur les lieux historiques nationaux de l’Acadie et participera à une ou plusieurs activités d’animation sur l’histoire acadienne.

Dans le cadre des Jeux Olympiques 2010 à Vancouver, l’Agence prévoit plusieurs initiatives, dont le passage du relais du flambeau dans des lieux historiques nationaux. La promotion de la dualité linguistique fait partie de la planification de ces événements.

A

Note Globale

C