ARCHIVÉE - Office national du film du Canada 2008-2009

AvertissementLa Norme sur la facilité d'emploi des sites Web remplace ce contenu. Cette page Web a été archivée parce que les Normes sur la normalisation des sites Internet 2.0 ont étés annulées.

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bulletin de rendement 2008-2009
Office national du film du Canada

Gestion du programme des langues officielles
(15 %)

Note

L’Office national du film (ONF) a établi en 2008-2009 son premier plan d’action en matière de langues officielles. Ce plan d’action prévoit, entre autres, des mesures ciblées pour tenir compte des recommandations ou des constats formulés par le Commissariat aux langues officielles au cours des dernières années, soit dans les conclusions de l’étude parue en 2007, Soutien des institutions fédérales aux arts et à la culture dans les communautés de langue officielle en situation minoritaire, soit dans les éditions précédentes du bulletin de rendement de l’ONF.

Parmi les mesures ciblées figurent la mise en œuvre de mesures tangibles pour offrir le service au public en français dans le bureau d’Edmonton, en Alberta; l’instauration de rappels périodiques aux gestionnaires et aux employés au sujet de leurs obligations et de leurs droits linguistiques; l’établissement d’une politique sur les communications et le service au public, qui comprend des procédures, des pratiques et des conseils pour la livraison des obligations prévues aux parties IV, V et VII de la Loi sur les langues officielles.

L’ONF devrait assurer la surveillance de son plan d’action afin de corriger les lacunes qui auront été cernées.

La mise en œuvre de toutes les mesures prévues dans le plan d’action sont échelonnée au cours de l’année 2008-2009; un rapport de progrès à la haute gestion a été présenté au comité de gestion en mars 2009.

En plus de son nouveau plan d’action pour la livraison du programme des langues officielles, l’ONF, à titre d’institution désignée par Patrimoine canadien, est tenu de soumettre un plan d’action portant spécifiquement sur l’application de l’article 41 de la Loi. Ce plan d’action comprend des mesures ciblées et mesurables visant à favoriser le développement des communautés de langue officielle en situation minoritaire (CLOSM) et à faire la promotion de la dualité linguistique, partout au Canada et outre-mer.

Le Commissariat aux langues officielles n’a reçu aucune plainte au sujet de l’ONF depuis 2004.

B

Service au public - Partie IV de la Loi sur les officielles (30 %)

D’après les observations sur le service en personne réalisées par le Commissariat entre juin et décembre 2008, l’offre active visuelle était présente dans 100 % des cas, l’offre active par les préposés était faite dans 50 % des cas, tandis que le service dans la langue de la minorité linguistique était disponible dans 75 % des cas.

D’après les observations sur le service au téléphone réalisées par le Commissariat entre juin et décembre 2008, l’offre active par les préposés ou par un système automatisé était faite dans 100 % des cas, tandis que le service dans la langue de la minorité linguistique était disponible dans 75 % des cas.

D’après les observations sur le service par courriel réalisées par le Commissariat entre septembre et décembre 2008, la disponibilité des services offerts par l’institution est comparable pour les deux groupes linguistiques 88,9 % du temps; elle est à l’avantage des francophones 11,1 % du temps. Toutefois, le délai de réponse est, en moyenne, 8,02 heures plus long en français qu’en anglais.

B

Langue de travail - Partie V de la Loi sur les langues officielles (25 %)

Le sondage effectué par Statistique Canada pour le compte du Commissariat a établi que 88,8 % de l’ensemble des répondants anglophones au Québec étaient « entièrement d’accord » ou « plutôt d’accord » avec le régime de la langue de travail.

Voici les taux de satisfaction obtenus pour les répondants anglophones, selon les différentes questions.

Questions du sondage

Répondants francophones

Répondants anglophones

Le matériel et les outils de travail mis à ma disposition dans le cadre de mon travail, y compris les logiciels et les autres outils informatisés, sont disponibles dans la langue officielle de mon choix.

s.o.

98 %

Lorsque je rédige des documents, y compris des courriels, je me sens libre de le faire dans la langue officielle de mon choix.

s.o.

88 %

Lorsque je communique avec mon (ma) superviseur(e) immédiat(e), je me sens libre de le faire dans la langue de mon choix.

 

s.o.

96 %

Durant les réunions de mon unité de travail, je me sens libre d’utiliser la langue officielle de mon choix.

s.o.

87 %

Mon organisation offre de la formation dans la langue officielle de mon choix.

s.o.

75 %

B

Participation des Canadiens d’expression française et d’expression anglaise - Partie VI de la Loi sur les langues officielles (10 %)

Dans l’ensemble du Canada, l’effectif est composé à 64,0 % de francophones.

Au Québec, en excluant la région de la capitale nationale, l’effectif est composé à 22,0 % d’anglophones.

(Source : ONF, 27 février 2009)

A

Développement des communautés de langue officielle en situation minoritaire et promotion de la dualité linguistique - Partie VII (20 %)

L’ONF sensibilise ses employés aux responsabilités de l’organisme à l’égard de la partie VII de la Loi sur les langues officielles et à son engagement à joindre les CLOSM par l’entremise de ses politiques et de ses lignes directrices encadrant ses activités de planification et de livraison de programmes.

L’institution a pris des mesures lui permettant de connaître les besoins des CLOSM dans la région de l’Atlantique et au Québec. Des efforts supplémentaires sont maintenant requis à l’égard des CLOSM dans l’Ouest du Canada.

L’ONF utilise des outils internes pour évaluer les répercussions de ses programmes et services sur les minorités de langue officielle et sur la promotion de la dualité linguistique, notamment des plans de faisabilité, des plans stratégiques, des plans de développement et des sondages de satisfaction du public. Le Rapport sur les plans et priorités ainsi que le Rapport sur le rendement que l’ONF est tenu de présenter réitèrent l’engagement de l’institution à appuyer les cinéastes des CLOSM.

Le commissaire du gouvernement à la cinématographie a rencontré les membres de l’industrie dans le cadre d’une série de présentations et de consultations liées au Plan stratégique, qui se sont déroulées partout au pays. Parmi les personnes rencontrées se trouvaient des représentants des CLOSM et des groupes de défense des droits linguistiques. À cette occasion, des producteurs du Programme français du Québec et du Studio Ontario et Ouest du Programme français ont rencontré des représentants des CLOSM.

Les producteurs exécutifs de la Direction du programme anglais au Québec ont entretenu, quant à eux, des communications régulières avec les CLOSM. L’ONF est devenu membre du groupe de travail sur les arts, la culture et le patrimoine de la Greater Montreal Community Development Initiative, mise sur pied par le Quebec Community Groups Network, en novembre 2008.

Au Programme français, les producteurs exécutifs du Studio Ontario et Ouest et du Studio Acadie ont entretenu des communications régulières avec les CLOSM, telle la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada, et ont rencontré des producteurs et des réalisateurs de ces communautés dans le cadre des consultations avec les membres de l’industrie.

Par suite du dévoilement du Plan stratégique 2008-2013, en mars 2008, le commissaire du gouvernement à la cinématographie s’est rendu dans tous les bureaux de l’ONF au pays afin d’y présenter le plan et de réaffirmer l’engagement de l’institution à renforcer la vitalité des minorités linguistiques francophones et anglophones du Canada et à promouvoir la reconnaissance des deux langues officielles dans le but de rappeler aux employés l’importance de la dualité linguistique, du développement des communautés et des obligations de l’institution à ces égards.

L’année 2007-2008 marquait la dernière année du deuxième Partenariat interministériel avec les communautés de langue officielle (2005-2008) auquel participait l’ONF. Ce partenariat a permis aux communautés de promouvoir l'expression culturelle tout en procurant à leurs créateurs un contexte où il leur était possible d’élaborer de nouvelles formes d’œuvres authentiques et socialement pertinentes. Les projets suivants, destinés aux cinéastes de la relève issus de CLOSM, ont été menés à bien en 2007-2008.

Le Studio Acadie ainsi que le Studio Ontario et Ouest ont lancé la troisième édition du concours Tremplin, destiné aux cinéastes de la relève. Le film Un Dimanche à 105 ans, produit par le Studio Acadie dans le cadre de Tremplin 2007, a remporté plusieurs prix au Festival international du cinéma francophone en Acadie. Une nouvelle édition de ce concours populaire a été lancée à Regina, le 5 décembre 2008.

La quatrième édition de Doc Shop a accueilli 75 étudiants anglophones de la région de Montréal à son atelier sur la production d’une vidéo de quatre minutes. La troisième édition de Making Music a réuni des musiciens et des cinéastes de la relève montréalaise dans le but de créer cinq films qui expérimentent les genres, les techniques cinématographiques et les paysages sonores.

En collaboration avec Ça tourne productions, l’ONF a coproduit On a tué l’Enfant-Jésus, dans lequel Renée Blanchar, à travers la chronique de la transformation de l’hôpital de Caraquet en centre de soins communautaires, livre un émouvant témoignage sur la solidarité humaine et la vitalité des petites communautés rurales. Ce court métrage a été présenté en ouverture du Festival international du cinéma francophone en Acadie, où il a été primé. Le film a aussi été diffusé en janvier à la télévision de Radio-Canada.

La Médiathèque de Toronto a organisé plusieurs ateliers personnalisés sur l’animation et le documentaire à l’intention des groupes scolaires francophones et d’immersion en français. La CinéRobothèque de Montréal a aussi organisé des ateliers, destinés à son public anglophone.

L’ONF produit des catalogues et du matériel promotionnel dans les deux langues officielles. Par l’entremise de ses cyberboutiques française et anglaise, il distribue également toutes les deux semaines un bulletin d’information axé sur les publics ciblés, y compris les CLOSM. Dans le cadre de la campagne de promotion du e-cinéma, un bulletin hebdomadaire présentant la programmation du e-cinéma a été préparé au début de 2008 et distribué aux CLOSM concernées.

A

Note Globale

B