ARCHIVÉE - 4. Avantages perçus du bilinguisme

AvertissementLa Norme sur la facilité d'emploi des sites Web remplace ce contenu. Cette page Web a été archivée parce que les Normes sur la normalisation des sites Internet 2.0 ont étés annulées.

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Page 6 de 7

Avantages perçus du bilinguisme : Canada, Québec, Canada moins le Québec % en accord 2006 (2003)

Les cinq énoncés recueillent de fortes majorités en matière de réponses favorables.

Q.8 Je vais vous lire une série d'énoncés. Veuillez me dire si vous êtes fortement en accord, plutôt en accord, plutôt en désaccord ou fortement en désaccord avec chacun d'eux. CANADA 2006 QUÉBEC 2006 (2003) CAN. - Qc 2006 (2003)
a) Dans le contexte actuel de l'économie mondiale, les gens qui parlent plus qu'une seule langue réussiront mieux. 89 % 91 % (87 %) 88 % (88 %)
b) L'apprentissage d'une deuxième langue est l'une des choses les plus enrichissantes qu'on peut accomplir pour soi-même en tant qu'individu. 84 % 93 % (94 %) 81 % (82 %)
c) Au Canada, si on parle français et anglais, on a de meilleures chances de trouver un bon emploi. 84 % 96 % (97 %) 80 %(77 %)
d) Le fait d'avoir deux langues officielles a fait du Canada un pays plus accueillant pour les immigrants d'origines ethniques et culturelles différentes. 73 % 86 % (86 %) 69 % (63 %)
e) Vivre dans un pays avec deux langues officielles est l'une des choses qui définit réellement ce que signifie être Canadien. 69 % 74 % (73 %) 67 %(64 %)

  • Les taux les plus élevés de réponses positives sont en lien avec les énoncés à caractère économique (a et c) ainsi qu'avec celui qui dit que l'apprentissage d'une deuxième langue est enrichissant sur le plan personnel (b).
  • Les taux de réponses positives de plus de 90 % pour les trois premiers énoncés (a, b et c) au Québec traduisent aussi la réalité linguistique : l'apprentissage de l'anglais favorise les chances de tomber sur un emploi bien rémunéré et garantit une capacité d'interaction accrue avec la majorité anglophone vivant sur le continent.
  • Les deux autres énoncés (d et e) concernent les aspects de l'identité nationale. Pour ces derniers, on retrouve des taux plus faible de répondants en accord.
  • Dans l'ensemble, toutefois, les deux groupes linguistiques forment de solides majorités sur toutes les questions. Cependant, les Québécois ont manifesté constamment de plus hauts taux de réponses positives que les Canadiens des autres provinces. Le fossé entre le Québec et le reste du Canada peut être une indication des conceptions différentes de l'identité nationale; plus précisément, la langue est une composante essentielle de l'identité nationale des Québécois.
  • À l'énoncé « Vivre dans un pays avec deux langues officielles est l'une des choses qui définit réellement ce que signifie être Canadien », la différence entre le Québec et le reste du Canada est seulement de 7 %. En autre, les répondants du reste du Canada appuient davantage cet énoncé depuis 2003.

Avantages perçus du bilinguisme (selon le sexe)

  Francophones au Québec Anglophones au Canada moins le Québec
Q.8 Je vais vous lire une série d'énoncés. Veuillez me dire si vous êtes fortement en accord, plutôt en accord, plutôt en désaccord ou fortement en désaccord avec chacun d'eux. Hommes Femmes Hommes Femmes
a) Dans le contexte actuel de l'économie mondiale, les gens qui parlent plus qu'une seule langue réussiront mieux. 91 % 90 % 87 % 88 %
b) L'apprentissage d'une deuxième langue est l'une des choses les plus enrichissantes qu'on peut accomplir pour soi-même en tant qu'individu. 89 % 96 % 79 % 84 %
c) Au Canada, si on parle français et anglais, on a de meilleures chances de trouver un bon emploi. 96 % 96 % 76 % 84 %
d) Le fait d'avoir deux langues officielles a fait du Canada un pays plus accueillant pour les immigrants d'origines ethniques et culturelles différentes. 85 % 87 % 66 % 72 %
e) Vivre dans un pays avec deux langues officielles est l'une des choses qui définit réellement ce que signifie être Canadien. 71 % 75 % 65 % 68 %

  • Tout au long de cette étude, les francophones ont sans cesse appuyé davantage le bilinguisme que les anglophones, et les femmes plus que les hommes.

Avantages perçus du bilinguisme  % en accord (selon l'âge), 2006 (2003)

Sous-échantillon : anglophones, Canada moins le Québec

  Sous-échantillon : anglophones, Canada moins le Québec 2006 (2003)
Q.8 Je vais vous lire une série d'énoncés. Veuillez me dire si vous êtes fortement en accord, plutôt en accord, plutôt en désaccord ou fortement en désaccord avec chacun d'eux. 18-29 30-44 45-59 60+
a) Dans le contexte actuel de l'économie mondiale, les gens qui parlent plus qu'une seule langue réussiront mieux. 84 % (88 %) 90 % (88 %) 89 % (86 %) 85 % (90 %)
b) L'apprentissage d'une deuxième langue est l'une des choses les plus enrichissantes qu'on peut accomplir pour soi-même en tant qu'individu. 81 % (81 %) 80 % (80 %) 80 % (81 %) 85 % (86 %)
c) Au Canada, si on parle français et anglais, on a de meilleures chances de trouver un bon emploi. 80 % (76 %) 82 % (74 %) 78 % (78 %) 81 % (82 %)
d) Le fait d'avoir deux langues officielles a fait du Canada un pays plus accueillant pour les immigrants d'origines ethniques et culturelles différentes. 80 % (72 %) 68 % (63 %) 64 % (58 %) 67 % (64 %)
e) Vivre dans un pays avec deux langues officielles est l'une des choses qui définit réellement ce que signifie être Canadien. 72 % (68 %) 66 % (65 %) 62 % (59 %) 68 % (64 %)

  • Parmi les anglophones (Canada - Québec), il n'y a pratiquement aucun changement depuis 2003 pour ce qui est de leurs points de vue au sujet de l'apprentissage d'une deuxième langue et de l'accomplissement personnel (b).
  • Il y a eu une légère hausse du nombre de jeunes Canadiens anglophones de l'extérieur du Québec âgés de 18 à 44 ans qui croient aux bienfaits économiques liés à la connaissance des deux langues officielles en ce qui concerne leurs perspectives d'emploi au Canada (c).
  • Conformément aux énoncés sur l'identité nationale (d et e), on retrouve un accroissement de l'appui parmi tous les groupes, particulièrement chez les plus jeunes (e). Tel que mentionné plus tôt, les jeunes gens tendent à être les plus fervants à l'égard du bilinguisme. Par conséquent, au fil du temps, le soutien au bilinguisme devrait continuer à s'accentuer. Une des conséquences pourrait être la hausse de l'appui aux aspects de la société canadienne qui émanent du bilinguisme, comme l'ouverture et la tolérance par rapport à la différence (tel qu'exprimé dans les énoncés d et e).


Page précédente | Table des matières | Page suivante