ARCHIVÉE - Annexe 4 : Présentation de Peter Liang

AvertissementLa Norme sur la facilité d'emploi des sites Web remplace ce contenu. Cette page Web a été archivée parce que les Normes sur la normalisation des sites Internet 2.0 ont étés annulées.

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Page 11 de 11

Présentation de Peter Liang

Morris J. Wosk Centre for Dialogue – Simon Fraser University
580, rue West Hastings – VANCOUVER
Salle Asia Pacific
Le 24 novembre 2008

Je suis entré au service de Statistique Canada en janvier 2006 pour travailler au Recensement. J’ai rapidement constaté l’importance de maîtriser les deux langues officielles dans la fonction publique. Étant donné que je parlais déjà couramment trois langues (soit l’anglais, le cantonais et le mandarin), j’étais convaincu que l’ajout du français m’offrirait de nombreuses autres possibilités d’avancement, notamment au sein de la fonction publique.

À l’époque, le poste que j’occupais n’exigeait pas la maîtrise de l’anglais et du français; je ne croyais donc pas que je pouvais être admissible aux cours de formation offerts par l’École de la fonction publique du Canada. Par rapport à bien des gens, j’ai un talent naturel pour les langues; j’ai donc décidé d’essayer d’apprendre cette langue par moi-même.

Pour commencer, j’ai consulté les ressources audiovisuelles de la bibliothèque municipale de Vancouver. J’ai emprunté quelques cassettes sur la prononciation du français. Un ami qui a passé plusieurs années à Paris m’a été d’un grand soutien; il était toujours là quand j’avais des questions. J’ai également emprunté un livre de grammaire française de 500 pages que j’ai lu attentivement. Ma connaissance de la grammaire anglaise et des diverses terminologies grammaticales m’a beaucoup aidé à comprendre la grammaire française. Toutefois, la  ressource la plus utile que j’ai pu trouver à la bibliothèque a été l’outil en ligne « Press Display ». Cet outil permet aux utilisateurs d’accéder aux principaux journaux provenant du monde entier et, non seulement de lire les articles, mais aussi de les écouter. Cela a été pour moi une excellente façon d’enrichir mon vocabulaire et, par la même occasion, d’habituer mes oreilles à la prononciation et aux intonations de la langue française. Les ressources d’apprentissage interactif de Campusdirect5 se sont également avérées très utiles.

L’apprentissage du français est alors devenu ma priorité absolue et ma grande passion pendant les deux années suivantes. J’ai consacré chaque jour des heures à lire des articles en français, à regarder la télévision en français et à écouter des émissions de radio en français. Je suis également devenu membre d’un certain nombre de groupes de conversation en français de Vancouver, ce qui m’a permis de devenir plus à l’aise pour parler cette langue. Mes efforts ont porté fruits. En effet, au début de 2008, j’ai réussi les trois examens de français du gouvernement du Canada.

L’apprentissage du français a été une expérience très fructueuse pour moi. Au début, je me disais que ce serait bon pour ma carrière, mais, finalement, j’ai obtenu beaucoup plus. Tout au long de ce périple, que je poursuivrai sans aucun doute, j’ai pu découvrir et comprendre un autre volet de l’identité canadienne et du patrimoine canadien. Je suis encore plus fier de dire que je suis un vrai Canadien.

Notes

5. Campusdirect est le campus en ligne de l’École de la fonction publique du Canada.



Page précédente | Table des matières