ARCHIVÉE - Ottawa, le 16 novembre 1999

AvertissementLa Norme sur la facilité d'emploi des sites Web remplace ce contenu. Cette page Web a été archivée parce que les Normes sur la normalisation des sites Internet 2.0 ont étés annulées.

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Rapport Simard : Une étude constructive selon la commissaire aux langues officielles

La commissaire aux langues officielles, Mme Dyane Adam, se réjouit de la publication aujourd'hui de l'étude du sénateur Jean-Maurice Simard. Intitulée De la coupe aux lèvres : un coup de coeur se fait attendre, l'étude postule que le développement et l'épanouissement des communautés francophones et acadiennes est une responsabilité fondamentale du Canada.

« Il s'agit d'une démarche louable, une étude constructive qui, à mon avis, doit être accueillie dans un esprit positif », a déclaré la commissaire. De plus, Mme Adam souligne que le Rapport Simard rejoint plusieurs de ses préoccupations et reprend certaines recommandations du Commissariat aux langues officielles.

L'étude jette un regard critique sur certains comportements de l'État. Elle est rédigée de manière à provoquer la réflexion et à remettre en question des conceptions acquises. Par ailleurs, elle permet de lancer un débat public sur la place du français et de l'anglais à titre de langues officielles du Canada et sur la façon d'assurer le développement des communautés minoritaires de langue officielle.

La commissaire souligne que nous avons tous une responsabilité envers la vitalité du français et de l'anglais et celle des communautés de langue officielle, en particulier les plus fragiles qui vivent en situation minoritaire. « Ce rapport nous invite tous, dirigeants des gouvernements et des communautés et chefs de file de la société canadienne, à assumer de façon plus sérieuse cette responsabilité fondamentale du Canada qu'est l'épanouissement des communautés. »

Nos gouvernements ont une responsabilité particulière à cet égard. En effet, les études du Commissariat démontrent que, contrairement aux majorités linguistiques, les communautés minoritaires francophone et anglophone du pays ne retirent pas toujours des politiques et programmes fédéraux des avantages équitables.

« C'est pourquoi je souhaite vivement que le gouvernement du Canada se penche sérieusement sur les recommandations du sénateur Simard. Le Comité mixte permanent des langues officielles du Parlement m'apparaît un lieu privilégié pour en débattre. Pour ma part, je m'engage à étudier ce rapport à fond, et à faire tout ce qui est en mon pouvoir pour que ses objectifs se réalisent », a conclu Mme Adam.

-30-

Renseignements

Représentant(e)s de la commissaire