ARCHIVÉE - Ottawa, le 12 mars 2003

AvertissementLa Norme sur la facilité d'emploi des sites Web remplace ce contenu. Cette page Web a été archivée parce que les Normes sur la normalisation des sites Internet 2.0 ont étés annulées.

Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Les bons ingrédients pour relancer la dualité linguistique canadienne

La commissaire aux langues officielles, madame Dyane Adam, accueille avec satisfaction le plan d'action pour les langues officielles présenté aujourd'hui par le gouvernement, après presque deux ans de travaux intensifs. La commissaire souligne toutefois que le travail n'est pas terminé. « Les ingrédients sont maintenant rassemblés pour relancer le programme des langues officielles, mais c'est à la lumière des résultats concrets que nous pourrons réellement mesurer l'efficacité et l'impact de ce plan », a-t-elle déclaré.

La Commissaire félicite le Premier ministre et les ministres Dion, Robillard et Copps, ainsi que leurs collègues du cabinet pour leur engagement et leur leadership dans l'élaboration du plan d'action. « Il s'agit d'un excellent exemple de concertation et de travail d'équipe. »

Madame Adam demande un plan global de redressement des langues officielles depuis le dépôt de son premier rapport annuel en octobre 2000. « Dès le début de mon mandat, j'ai constaté un manque d'engagement et de leadership ferme et réel de la part de nos élus et de l'administration fédérale. Le programme des langues officielles était à la dérive. Pour remettre les langues officielles sur les rails et au centre des priorités, j'ai alors donné des devoirs au gouvernement, lui demandant de :

  • élaborer, en collaboration avec les communautés de langue officielle en situation minoritaire, un plan global avec des objectifs précis pour mettre en œuvre les principes de la Loi sur les langues officielles;
  • renforcer, pour les institutions fédérales, l'obligation de rendre compte de leurs actions ou inactions;
  • mettre en place au plus haut niveau des mécanismes afin de coordonner l'action gouvernementale en matière de langues officielles;
  • réaffirmer son leadership et son engagement envers la dualité linguistique canadienne. »

Madame Adam se réjouit que la table soit enfin mise et que le gouvernement a maintenant les ingrédients nécessaires pour renforcer la dualité linguistique au sein de la société canadienne et mieux appuyer le développement des communautés de langue officielle en situation minoritaire.

« La prochaine étape - celle qui est à la fois la plus importante et la plus exigeante - est de mettre en œuvre ce plan. Les Canadiens et Canadiennes veulent voir des résultats concrets, mesurables et durables. Pour y arriver, le gouvernement devra redoubler d'efforts et je serai là pour agir comme catalyseur et pour veiller à ce que le leadership fédéral reste sur sa trajectoire », a conclu la Commissaire.

-30-

Renseignements