Deux langues officielles qui valent d’être célébrées

(EN)—C’est un de ces anniversaires qui échappent à plusieurs Canadiens. Après tout, le droit de parler français ou anglais au Canada n’a rien d’extraordinaire, n’est-ce pas?

En fait, à une certaine époque, aucune loi ne garantissait aux Canadiens le droit de travailler, d’étudier ou d’obtenir des services dans la langue de leur choix. Le Canada ne protège les droits linguistiques par des lois que depuis 1969, et c’est là que la Loi sur les langues officielles est devenue une réalité. La dualité linguistique enchâssée dans la loi fait tellement partie de notre identité nationale, désormais, que nombre d’entre nous présument qu’il en a toujours été ainsi. Erreur!

L’histoire du bilinguisme officiel au Canada remonte à 1962, alors que le journaliste, politicien et nationaliste canadien (certains diront même visionnaire) André Laurendeau est le premier à évoquer ce concept.

Le premier ministre Lester B. Pearson a mis sur pied la Commission Laurendeau-Dunton (dont le nom officiel est Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme). Celle-ci a siégé pendant huit ans avant que ne soit promulguée la Loi sur les langues officielles en 1969. C’est cette loi qui faisait officiellement du français et de l’anglais les langues officielles du Canada.

Depuis, la population canadienne a l’avantage de vivre dans un pays dont le bilinguisme est reconnu par la loi. Aujourd’hui, en utilisant le français et l’anglais comme langues officielles, le gouvernement du Canada peut communiquer avec plus de 98 % de la population.

L’année 2009 marque le 40e anniversaire de la Loi sur les langues officielles. « Reconnaître la valeur des deux langues officielles du Canada est un investissement dans l’avenir, d’un point de vue tant professionnel que personnel et culturel », déclare le commissaire aux langues officielles, Graham Fraser.

Vous trouverez plus d’information sur les langues officielles dans le site Web du Commissariat aux langues officielles, à www.languesofficielles.gc.ca.

 - L’édition Nouvelles
Nombre de mots : 309