Infographie : Le fait français en Saskatchewan

Le fait français en Saskatchewan. Les données sont énumérées dans la version texte qui suit.

Version texte : Le fait français en Saskatchewan

  • 5 % de la population (51 360 personnes) peut parler le français et l’anglais
  • Le français est la langue maternelle de 1,5 % de la population (16 373 personnes)
  • Le français est la première langue officielle de 1,3 % de la population (14 440 personnes)

Éducation

  • 36 423 élèves sont inscrits à un programme de français de base ( 21 % des inscriptions admissibles) (2015-2016)
  • 13 868 élèves sont inscrits à un programme d’immersion en français (8 % des inscriptions admissibles) (2015-2016)
  • 12 écoles primaires francophones et 2 écoles secondaires francophones
  • 1 603 élèves y sont inscrits (2015-2016)
  • L’Université de Regina abrite La Cité universitaire francophone, créé en 2015 pour renforcer l’enseignement et les services en français à l’Université.

Où vivent les francophones?

Il y a trois principales régions où l’on parle français : le long des rivières Saskatchewan Nord et Sud, dans le Sud-Est et dans le Sud-Ouest de la province.

Régions économiques

  • Regina–Moose Mountain : 26 %
  • Swift Current–Moose Jaw : 13 %
  • Saskatoon–Biggar : 30 %
  • Yorkton–Melville : 3 %
  • Prince Albert : 27 %
  • Nord : 1 %

Où sont-ils nés?

  • En Saskatchewan : 56 %
  • Ailleurs au Canada : 29 %
  • À l’étranger : 16 %

Où sont nés les immigrants de langue française?

  • Afrique : 57 %
  • Europe : 22 %
  • Asie : 18 %
  • Amériques : 6 %

Médias

  • Journal : L’Eau Vive
  • Radio : CFRG 93,1 FM (Gravelbourg) ainsi que ICI Première et ICI Musique de Radio-Canada
  • Télévision : ICI Radio-Canada Télé et Unis TV

Célébrons!

Juillet :

  • La Fête fransaskoise met à l’honneur les arts, la culture et la musique francophones.

Novembre :

  • Le Rendez-vous fransaskois rassemble la communauté pour discuter de sa vitalité et de son développement ainsi que pour les célébrer.

Histore

  • Le fort à la Corne est construit aux abords de la rivière Saskatchewan entre 1752 et 1755. Il s’agit de la fortification française la plus à l’Ouest. Les membres de l’Église catholique romaine arrivent dans les années 1800 et ils établissent une mission à Île-à-la-Crosse, un poste de traite où une population importante de Métis francophones se rassemble.
  • En 1877, le Parlement du Canada modifie l’Acte des Territoires du Nord-Ouest pour y incorporer des garanties en matière de bilinguisme parlementaire, législatif et judiciaire. Les Territoires du Nord-Ouest d’alors englobent notamment les futures provinces de la Saskatchewan et de l’Alberta.
  • En 1891-1892, certains députés de l’Assemblée territoriale tentent sans succès d’abolir le bilinguisme parlementaire, législatif et judiciaire. L’enseignement en français est cependant interdit.
  • En 1905, le Parlement du Canada adopte deux lois jumelles qui constituent les provinces de l’Alberta et de la Saskatchewan. Les garanties de bilinguisme accordées en 1877 demeurent théoriquement en vigueur, mais elles ne sont pas appliquées.
  • En 1912, l’Association franco-canadienne de la Saskatchewan est fondée. Cet organisme, qui s’appelle maintenant Assemblée communautaire fransaskoise, est le porte-parole de la francophonie en Saskatchewan.
  • Dans les années 1920, des francophones d’ailleurs au Canada et de l’Europe viennent s’établir en Saskatchewan. À la même époque, de nombreux colons non francophones arrivent pour travailler au chemin de fer.
  • L’Education Act est modifiée en 1968 pour permettre l’enseignement en français. À partir de 1993, les parents fransaskois peuvent administrer leurs propres écoles.
  • En 2003, la Saskatchewan adopte une politique de services en langue française afin d’appuyer le développement et la vitalité de la communauté francophone.
  • Le gouvernement de la province proclame 2012, l’Année des Fransaskois.

Sources

Plus de renseignements

Date de modification :
2018-09-13