Infographie : La présence française au Nouveau-Brunswick

Le fait français au Nouveau-Brunswick. Les données sont énumérées dans la version texte qui suit.

Version texte : Le fait français au Nouveau-Brunswick

  • 34 % de la population peut parler l’anglais et le français (234 966 personnes)
  • Le français est la langue maternelle de 32 % de la population (235 695 personnes)
  • Le français est la première langue officielle de 32 % de la population (234 055 personnes)

Éducation

  • 19 064 élèves sont inscrits au programme d’immersion en français (27 % des inscriptions admissibles) (2015-2016)
  • 41 385 élèves sont inscrits au programme de français de base (59Λ% des inscriptions admissibles) (2015-2016)
  • L’Université de Moncton est la plus importante université de langue française au Canada, à l’extérieur du Québec
  • Le Nouveau-Brunswick compte 7 districts scolaires dont trois sont francophones
    • Francophone Nord-Ouest (situé à Edmundston) : 19 écoles
    • Francophone Nord-Est (situé à Tracadie-Sheila) : 37 écoles
    • Francophone Sud (situé à Dieppe) : 36 écoles
  • 28 920 élèves sont inscrits dans 92 écoles publiques francophones dans la province (29 % de tous les élèves dans la province) (2016-2017)

Où vivent les francophones?

Régions économiques

  • Campbellton–Miramichi: 41 %
  • Moncton–Richibucto: 36 %
  • Saint John–St. Stephen: 2 %
  • Fredericton–Oromocto: 4 %
  • Edmundston–Woodstock: 17 %

Où sont-ils nés?

  • Au Nouveau-Brunswick : 88 %
  • Ailleurs au Canada : 10 %
  • À l’étranger : 3 %

Où sont nés les immigrants de langue française?

  • Amériques : 41 % 
  • Afrique : 25 %
  • Europe : 25 %
  • Asie : 9 %

Médias

  • Journal : Acadie nouvelle (quotidien) et 7 journaux communautaires francophones (hebdomadaires)
  • Radio : 10 stations communautaires francophones, ICI Première et ICI Musique de Radio-Canada
  • Télévision : ICI Radio-Canada Télé, Unis TV et programmation communautaire francophone de Rogers à Bathurst, Edmunston et Moncton 

Célébrons!

Avril à mai :

  • Le Festival Frye a lieu annuellement à Moncton et fait la promotion de l’héritage littéraire bilingue et de la diversité culturelle du Canada.

Juin et juillet :

  • Les Jeux de l’Acadie sont des compétitions sportives et culturelles qui rassemblent plus de 1 000 jeunes francophones des provinces de l'Atlantique.

Août :

  • Le Festival acadien de Caraquet célèbre la culture et la musique acadiennes.

Histore

  • En 1604, des colons français s’établissent sur l’île Sainte-Croix, située entre le Nouveau-Brunswick et le Maine.
  • À compter de 1755, la communauté acadienne est dispersée à la suite du Grand Dérangement, mais recouvre progressivement sa vitalité.
  • En 1881 se tenait la première Convention nationale acadienne, à Memramcook. Le 15 août a été désigné comme étant la Journée de la fête nationale des Acadiens et des Acadiennes.
  • En 1960, l’Acadien Louis J. Robichaud est élu premier ministre. Son gouvernement a procuré aux Acadiens l’égalité de statut et des chances dans la province. Sous son leadership, l’Université de Moncton a été créée en 1963.
  • C’est également sous le gouvernement Robichaud que le Nouveau-Brunswick devient officiellement bilingue, en 1969, avec l’adoption de la Loi sur les langues officielles.
  • En 1973, la Société des Acadiens du Nouveau-Brunswick est fondée. L’organisme, qui se nomme maintenant la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick, est la structure de représentation politique de l’Acadie de la province.
  • En 1981 a été adoptée la Loi reconnaissant l’égalité des deux communautés linguistiques officielles au Nouveau-Brunswick.
  • En 2002, la province modifie la Loi sur les langues officielles pour y inclure la création du poste de commissaire aux langues officielles et l’obligation de réviser la loi tous les dix ans.
  • Michel A. Carrier est nommé le premier commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick en 2003.

Sources

Plus de renseignements

Date de modification :
2020-09-18