Leaders 2.LO : Outil pour rehausser le leadership

Le présent document est un outil à l’intention des personnes jouant un rôle dans la sélection de candidats pour les postes de leadership au sein des institutions fédérales, au pays comme à l’étranger. Cet outil présente les critères dont il faut tenir compte dans le cadre des processus décisionnels, tant pour les nominations par le gouverneur en conseil que pour les postes dotés selon le processus d’embauche de la fonction publique fédérale. L’utilisation de cet outil permettra d’évaluer si la connaissance des deux langues officielles est requise pour pleinement exercer les fonctions rattachées au poste.

La connaissance des deux langues officielles est une compétence en leadership.

La capacité d’un leader de s’exprimer dans les deux langues officielles lui permet de représenter adéquatement le Canada et la population canadienne et elle l’aide à respecter ses obligations en vertu de la Loi sur les langues officielles. Le Canada est un pays qui possède deux langues officielles. Ses institutions et ses représentants doivent refléter cette réalité et respecter les obligations linguistiques qui découlent des cadres constitutionnel et légal en place. Certains leaders sont appelés à représenter le Canada et ses institutions et doivent donc incarner les valeurs canadiennes, dont celle de la dualité linguistique. Mais au-delà du symbolisme, la capacité d’un leader de s’exprimer dans les deux langues officielles a une incidence directe sur la capacité des employés fédéraux et de la population canadienne d’exercer leurs droits linguistiques.

Un leader donne l’exemple pour l’ensemble de son institution. Le leadership qu’exercent les dirigeants aura un effet d’entraînement au sein de leurs institutions. Un leader qui utilise les deux langues officielles dans ses relations avec ses employés et dans ses communications publiques envoie un message clair au sujet de la place qu’il accorde aux deux langues officielles et aux membres des deux groupes linguistiques. Pour obtenir l’engagement de ses employés à cet égard, un leader doit lui-même valoriser la dualité linguistique et se montrer engagé à respecter la Loi sur les langues officielles.

Un leader est capable de bien communiquer ses idées, de persuader et d’influencer autrui. Comme le Canada est un pays bilingue et que le français et l’anglais sont les langues officielles de ses institutions, les leaders au sein des institutions fédérales doivent exercer leur rôle et être tout aussi efficaces, crédibles et professionnels dans les deux langues officielles.

Nominations par le gouverneur en conseil

  • Chefs de mission
    • Parmi leurs responsabilités, les chefs de mission participent à des conférences, donnent des discours à différents auditoires et répondent aux demandes d’information. De plus, ils reçoivent des délégations de Canadiens des deux groupes linguistiques, dont des gens d’affaires, et ont des rencontres avec les dirigeants du gouvernement fédéral et ceux des provinces.
  • Tribunaux fédéraux (présidents et membres)
    • Les tribunaux fédéraux ont l’obligation, en vertu de l’article 16 de la Loi sur les langues officielles, d’entendre les causes en français comme en anglais sans l’aide d’un interprète. Ils doivent être en mesure de composer un banc capable de tenir une audience dans la ou les langues officielles choisies. Les présidents des tribunaux fédéraux peuvent entendre les causes, mais ils jouent surtout le rôle de dirigeant principal, alors que les membres sont ceux qui entendent les causes.
  • Dirigeants (sous-ministres et premiers dirigeants d’organismes, de conseils et de commissions)
    • Par dirigeants, nous entendons les sous-ministres et les premiers dirigeants d’organismes, de conseils et de commissions, qu’ils travaillent à temps plein ou à temps partiel. Le rôle et les fonctions des dirigeants varient grandement d’une institution à l’autre.

Dotation dans la fonction publique

Les titulaires des postes de gestion (directeurs généraux, directeurs, gestionnaires, superviseurs) ont l’obligation de créer un milieu de travail propice à l’usage des deux langues officielles et de respecter les droits des employés liés à la langue de travail. L’institution fédérale doit s’assurer d’avoir la capacité requise pour offrir les services dans les deux langues officielles. L’arrimage de l’ensemble de ces obligations favorise le maintien des compétences linguistiques.

De plus, toutes les institutions fédérales doivent prendre des mesures positives pour assurer la promotion de la dualité linguistique et favoriser l’épanouissement des communautés de langue officielle en situation minoritaire

Visibilité du poste

Le titulaire du poste est le visage public de l’institution et représente le Canada et l’institution. Ce leader doit incarner les valeurs canadiennes, dont la dualité linguistique, afin de représenter avec justesse le Canada et sa population.

  • Le titulaire représente le Canada et la population canadienne.
  • Le titulaire est le visage public de l’institution.
  • Le titulaire pourrait être appelé, à l’occasion, à comparaître devant les membres des comités parlementaires du Sénat ou de la Chambre des communes.

Portée du mandat

Le mandat de l’institution ou du poste a une portée nationale ou internationale et touche à plusieurs segments de la population canadienne.

  • La portée du mandat est pancanadienne ou internationale.
  • La portée du mandat rejoint plusieurs groupes au sein de la population canadienne.

Nature du mandat et des fonctions du poste

Le mandat et les fonctions du poste ont une incidence sur la capacité du public ou des employés d’exercer leurs droits linguistiques ou d’avoir accès à un service de qualité égale dans les deux langues officielles.

  • Le titulaire pourrait être appelé à communiquer avec le public général et avec les médias.
  • La nature du mandat et les fonctions du poste exigent que le titulaire ait une compréhension des besoins du public canadien, dont les réalités des communautés de langue officielle en situation minoritaire.
  • La nature du mandat et les fonctions du poste exigent que le titulaire soit en mesure de communiquer avec les membres des communautés de langue officielle en situation minoritaire, dans la langue officielle de leur choix. 
  • Le titulaire pourrait être appelé, à l’occasion, à s’adresser à l’ensemble des employés de l’institution.
  • Le titulaire du poste doit créer un environnement de travail propice à l’usage des deux langues officielles.
  • Le titulaire du poste doit superviser un ou des employés qui ont des droits liés à la langue de travail.
  • Le tribunal possède un nombre suffisant de membres qui maîtrisent les deux langues officielles pour répondre à leurs obligations d’entendre les audiences dans les deux langues officielles et de rendre les décisions dans ces deux mêmes langues, compte tenu de leur réalité opérationnelle.
Date de modification :
2018-09-13