Officiellement 50 ans! Une conférence marquant 50 ans de dualité linguistique et d’éducation au Canada

Gatineau (Quebec), le 21 novembre 2019
Raymond Théberge - Commissaire aux langues officielles

Seul le texte prononcé fait foi

 

Début de dialogue

Bonjour, et merci d’être ici ce matin.

C’est avec plaisir que j’ai accepté de joindre ma voix à cette conférence, Officiellement 50 ans. Celle-ci marque un demi-siècle de la Loi sur les langues officielles, ainsi que l’avancement de la dualité linguistique et de l’éducation dans les deux langues officielles du Canada.

D’entrée de jeu, je tiens à remercier l’Association d’études canadiennes et Canadian Parents for French d’avoir dirigé de main de maître l’organisation de cet événement. Au cours des trois prochains jours, chercheurs, éducateurs, étudiants, parents ainsi que vous-mêmes pourrez échanger sur la manière dont les deux langues officielles ont façonné vos vies et vos parcours. Comme en témoigne le sondage publié par M. Jedwab, l’enjeu continue de faire partie des discussions publiques partout au Canada.

Dans le domaine de l’apprentissage des langues officielles au Canada, de nombreux gains sont le fruit d’efforts de parents qui reconnaissent les avantages du bilinguisme. Canadian Parents for French a grandement contribué à la sensibilisation de la population aux atouts et aux difficultés liés à l’apprentissage du français langue seconde dans les écoles, partout au pays.

L’étude publiée en février de cette année, Accéder aux possibilités, traite des difficultés liées à l’offre et à la demande d’enseignants en français langue seconde au Canada. En effet, mon équipe a confié la tâche à Canadian Parents for French de former un groupe d’experts chevronnés, chargés de mener à bien l’étude. Cette étude dresse un constat des enjeux entourant le recrutement et propose une stratégie nationale pour contrer la pénurie d’enseignants.

Je suis de ceux qui ont vu naître la Loi sur les langues officielles. Nous y avons versé nos espoirs et l’image du pays dont nous rêvions. Nous avons fait beaucoup de chemin mais le Canada continue de se transformer. Cet anniversaire est l’occasion d’accueillir la vision qu’ont les jeunes pour leur Canada, celui de 2069.

Les thèmes de la deuxième journée reflètent leur réalité : la diversité, l’insécurité linguistique, les identités multiples. Bref, leur place dans un monde de plus en plus complexe.

L’une de mes principales responsabilités, en tant que commissaire aux langues officielles du Canada, est de contribuer à la promotion de la dualité linguistique dans l’ensemble de la société canadienne. Aussi, je veille à sensibiliser les canadiens aux facteurs qui ont une incidence sur la vitalité des communautés de langue officielle en situation minoritaire et la dualité linguistique au pays.

Nous avons parcouru beaucoup de chemin au cours des 50 dernières années. Dans le contexte de la diversité croissante du Canada, le pays compte aujourd’hui plus de gens que jamais auparavant qui parlent français ou anglais, et même ces deux langues.

Les jeunes ont ouvert la voie au bilinguisme, et la demande continue à l’échelle nationale pour l’éducation en français comme langue première et comme langue seconde témoigne de la vitalité de cette langue.

La langue est un marqueur d'identité important. Ainsi, il est parfaitement légitime pour les Canadiens d’expression française et d’expression anglaise de toutes les régions au pays de vivre dans leur propre langue et selon leurs valeurs, tout en comprenant, en appréciant et même en apprenant la langue des autres. Ce sont ces principes qui ont inspiré la Loi sur les langues officielles, en 1969.

Or, un demi-siècle, c’est une longue période dans le monde des politiques gouvernementales. Le Canada et le monde ont beaucoup changé depuis, et c’est le portrait que nous serons en mesure de brosser tout au long de ce sommet.

Je vous souhaite donc d’enrichissantes discussions, ainsi que de fructueux échanges. J’ai hâte de vous entendre.

Merci de votre attention.

Date de modification :
2019-11-21