Archivé - Notes pour une allocution prononcée à l’occasion de la remise du Prix d’excellence – Promotion de la dualité linguistique 2011‑2012 dans le cadre de la cérémonie Sheila and Victor Goldbloom Distinguished Community Service Award

Cette page a été archivée dans le Web.

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Montréal, le 18 octobre 2012
Graham Fraser - Commissaire aux langues officielles

Seul le texte prononcé fait foi


Début de dialogue

Mesdames et messieurs, bonsoir.

J’aimerais remercier le Quebec Community Groups Network (QCGN) de son invitation. Je suis heureux de prendre part à la cérémonie annuelle de remise du Sheila and Victor Goldbloom Distinguished Community Service Award.

Comme nous le faisons ce soir, il importe de prendre le temps de rendre hommage aux membres de nos communautés qui font preuve de leadership par leur participation communautaire, leur travail ou leur bénévolat. Vous êtes une source d’inspiration et, tous les jours, vous façonnez l’histoire du Canada par vos actions.

En tant que commissaire aux langues officielles, je tiens à vous féliciter pour le leadership et la passion qui vous animent. J’éprouve un réel plaisir à retrouver Greta Chambers, à rencontrer le père Walsh et à entendre à quel point le travail qu’il accomplit est apprécié. Je conserve un souvenir indélébile de David Angus. Lorsque j’ai présenté ma candidature pour mon emploi actuel et que j’ai comparu devant le Sénat et le Comité plénier, il se trouvait parmi les personnes qui me faisaient passer mon entrevue.

En 2009, le Commissariat aux langues officielles a instauré le Prix d’excellence – Promotion de la dualité linguistique. Ce prix récompense des personnes ou des organismes non assujettis à la Loi sur les langues officielles qui valorisent la promotion de la dualité linguistique au Canada ou à l’étranger, ou encore l’épanouissement des communautés de langue officielle en situation minoritaire du pays.

J’ai l’honneur de présenter le quatrième Prix d’excellence – Promotion de la dualité linguistique à Bernard St-Laurent, communicateur, journaliste, animateur de télévision et de radio. J’ai rencontré Bernie pour la première fois au cours d’une grève étudiante à l’Université Laval en 1976‑1977. À l’époque, il était étudiant en droit… et gréviste. Il a obtenu un emploi de chauffeur pour le correspondant du Globe and Mail au Québec, et il a fait le tour de la province au cours de la campagne électorale et après celle-ci. Ce fut une expérience déterminante pour Bernie, car lorsque la grève s’est terminée, il n’est pas retourné à la Faculté de droit. Il est plutôt devenu journaliste – emploi qu’il occupe encore à ce jour.

Depuis ce temps, on le consulte pour obtenir son point de vue et ses observations sur la relation entre les francophones et les anglophones, que ce soit au Québec ou dans le reste du pays, ou encore dans les Cantons de l’Est où il a passé de nombreuses années comme correspondant pour la CBC à Québec. Les médias francophones le sollicitent également pour expliquer l’identité culturelle anglophone, et les médias anglophones le sollicitent pour expliquer l’identité culturelle francophone à l’ensemble des Canadiens.

En 1998, il a cocréé C’est la vie, une émission de radio primée de la CBC qui cherche à promouvoir la culture francophone à travers le pays en explorant les arts et la culture, les sports, les sciences et les affaires. Cette émission est l’une des rares, sinon la seule, à être diffusée sur un réseau national qui a le mandat précis d’expliquer le Canada français aux anglophones. L’émission connaît un succès sans précédent, et de nombreux parents, enseignants et étudiants y ont recours. Elle aborde les enjeux avec humour, offre de nouveaux points de vue et stimule la discussion. Elle fournit une fenêtre critique aux anglophones du Canada afin qu’ils comprennent les questions actuelles qui ne font pas nécessairement les manchettes des journaux, qui ne font pas nécessairement partie de ce que nous considérons être des nouvelles en bonne et due forme, mais qui sont tout de même importantes pour saisir la nature des communautés linguistiques de ce pays.

Le Commissariat aux langues officielles félicite Bernard St-Laurent pour sa contribution à la promotion de la dualité linguistique tout au long de sa remarquable carrière. J’ai la joie et le privilège de lui accorder ce prix.

Je vous remercie de votre aimable attention.

Date de modification :
2018-09-13