Archivé - Notes pour une allocution à la remise des bourses d’immersion de la Fondation Molson

Cette page a été archivée dans le Web.

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Québec, le 12 janvier 2012
Graham Fraser - Commissaire aux langues officielles

Seul le texte prononcé fait foi


Début de dialogue

Bonjour. Good morning.

C’est un grand honneur pour moi d’être ici encore une fois, et de célébrer vos réalisations à titre de jeunes anglophones qui désirent poursuivre vos études universitaires en français.

Compte tenu des défis auxquels votre génération fait face, tant sur la scène nationale qu’internationale, cela me rassure de savoir que tant de jeunes Canadiennes et Canadiens sont bilingues et valorisent la dualité linguistique de notre pays.

Je n’ai pas toujours été bilingue – mon apprentissage du français, ma langue seconde, a débuté lorsque j’étais étudiant à l’Université de Toronto. C’est à ce moment-là que j’ai eu envie d’apprendre le français, de découvrir cette autre culture canadienne et de faire connaissance avec les Québécois.

Mon apprentissage du français m’a donné l’occasion d’acquérir des compétences qui allaient me servir toute ma vie, et de faire carrière dans les deux langues officielles du Canada.

J’ai habité au Québec pendant de nombreuses années, y compris un long séjour ici à Québec avec ma famille, lorsque j’étais journaliste pour la Gazette de Montréal et le Globe and Mail.

Cette aventure d’une vie avec la langue française est le lot de nombreuses personnes. Des journalistes, des juristes, des athlètes, des politiciens, des chercheurs et bien d’autres encore ont choisi, comme vous, de vivre cette expérience linguistique. Aujourd’hui, ces gens ne peuvent s’imaginer être unilingue. Vivre en français et en anglais nous permet de faire connaissance avec l’univers de tous les Canadiens et Canadiennes, quelle que soit leur langue officielle.

C’est tout un défi que vous vous préparez à relever; et ce défi n’est pas à la portée de tous. Mais en le relevant, vous vous offrez aussi un cadeau de grande valeur : celui d’une clé de connaissances. Vivre et étudier dans une autre langue nous permet de découvrir un monde que l’on n’aurait pas connu autrement, et de mieux saisir toutes les nuances et émotions d’un pays fondé sur la dualité linguistique.

Je tiens à remercier la Fondation Molson pour sa contribution inestimable. Les bourses remises chaque année aux étudiants méritants soulignent la participation importante du secteur privé à la promotion de la dualité linguistique de notre pays.

En tant que commissaire aux langues officielles, je tiens à souligner la collaboration exemplaire entre la Fondation Molson et l’Université Laval. Cette coopération nous permet non seulement de souligner les accomplissements d’étudiants remarquables, mais aussi de célébrer la dualité linguistique du Canada. Elle met aussi en évidence l’importance d’établir des liens plus étroits entre les communautés d’expression française et anglaise du Canada.

Ici, à l’Université Laval, vous serez entre bonnes mains et aurez accès à un enseignement ainsi qu’à des ressources de première qualité, l’Université Laval étant l’une des plus importantes universités francophones au Canada. Et même si le campus est si vaste que l’on peut y trouver tout ce que l’on souhaite sans jamais avoir à le quitter, je vous invite à explorer la ville de Québec – vous y découvrirez une ville magnifique, des gens accueillants, mais aussi une part importante de l’histoire de votre pays.

J’espère que votre séjour ici vous permettra de découvrir une culture riche et unique, et d’approfondir votre apprentissage du français. Je vous souhaite beaucoup de succès tout au long de ce parcours.

Merci.

Date de modification :
2018-09-13