Archivé - Notes pour une allocution dans le cadre du Forum de discussion sur les perceptions des Canadiens de diverses origines envers la dualité linguistique – Volet « Canadiens de diverses origines d’expression française »

Cette page a été archivée dans le Web.

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Halifax, le 8 novembre 2011
Graham Fraser - Commissaire aux langues officielles

Seul le texte prononcé fait foi


Début de dialogue

Bonjour,

Je vous remercie de votre présence aujourd'hui à ce troisième forum du Commissariat sur la dualité linguistique et la diversité culturelle. Vous êtes réunis ici parce que vous représentez la diversité d’immigrants qui se sont établis dans l’une des provinces de l’Atlantique, et qui ont choisis d’y vivre en français.

Il est possible que plusieurs d’entre vous ayez une langue maternelle autre que le français et l’anglais. Cependant, vous côtoyez tous ces deux langues au quotidien. Vous entretenez donc une relation particulière et parfois complexe avec les deux langues officielles du Canada et avec les communautés qui les parlent.

La rencontre d’aujourd’hui vous permettra d’échanger sur vos perceptions de la dualité linguistique canadienne et de raconter vos expériences en tant que nouveaux Canadiens et Canadiennes qui ont choisi de vivre en français en Atlantique.

Permettez-moi d’abord de vous préciser qui nous sommes et pourquoi nous tenons ce forum. Le Commissariat aux langues officielles a pour mandat de promouvoir la Loi sur les langues officielles et de veiller à sa mise en œuvre au sein des institutions fédérales, de protéger les droits linguistiques des Canadiens et des Canadiennes et de promouvoir la dualité linguistique et le bilinguisme au Canada. Aussi, je suis un agent du Parlement, ce qui veut dire que je suis indépendant du gouvernement.

La Loi sur les langues officielles du Canada, mise en place il y a plus de 40 ans, vise les trois objectifs suivants :

  • assurer le respect du français et de l’anglais, leur égalité de statut et l’égalité de droits et de privilèges quant à leur usage dans les institutions fédérales;
  • appuyer le développement des communautés francophones et anglophones en situation minoritaire;
  • favoriser la progression vers l’égalité de statut et d’usage du français et de l’anglais au sein de la société canadienne.

Depuis plusieurs années, le Commissariat aux langues officielles du Canada tâche de mieux comprendre les perceptions des Canadiens et des Canadiennes de diverses origines envers la dualité linguistique. Pour ce faire, nous avons organisé des forums sur la dualité linguistique et la diversité culturelle. Le premier a eu lieu en 2007 à Toronto, puis un autre s’est déroulé en 2008 à Vancouver. Nous y avons rencontré des membres de différentes communautés culturelles, et nous avons beaucoup appris.

Cette année, dans le cadre de ce troisième forum, nous poussons la réflexion un peu plus loin en invitant ici, à Halifax, des participants des quatre provinces de l’Atlantique. Nous avons également ajouté un volet consacré à vos expériences dans les communautés francophones ou acadienne de l’Atlantique, afin de réfléchir aux défis et aux possibilités qui caractérisent l’intégration à une communauté linguistique en situation minoritaire.

Les interventions des participants dans le cadre des forums précédents nous ont permis de mieux comprendre les liens qui existent entre la dualité linguistique et la diversité culturelle. Nous comptons sur votre participation aujourd’hui pour ajouter à nos réflexions et les faire progresser. Les Canadiens et les Canadiennes d’origines diverses interprètent ces concepts différemment, et c’est justement ce qui fait la richesse de notre tissu social. Vos perceptions influencent notre façon de concevoir et d’intégrer la dualité linguistique dans le quotidien des Canadiens et des Canadiennes. Si la dualité linguistique et la diversité culturelle évoluent, au fur et à mesure que la société canadienne change, elles demeurent des valeurs et des symboles importants de la société canadienne. Ces valeurs sont au cœur de notre identité en tant que Canadiens et Canadiennes, et de la façon dont nous sommes perçus partout dans le monde.

Vos propos permettront également au Commissariat de mieux orienter ses recommandations à l’intention du gouvernement fédéral en vue de favoriser l’épanouissement des communautés linguistiques en situation minoritaire.

Les communautés de langue officielle en situation minoritaire sont formées, de façon générale, de francophones vivant à l’extérieur du Québec et d’anglophones habitant au Québec. La proportion de francophones dont le français est la première langue officielle parlée varie beaucoup d’une province à l’autre. Au Nouveau-Brunswick, le français est la première langue officielle parlée de 32,7 p. 100 de la population. À l’exception du Québec, c’est la province ayant la plus grande proportion de francophones. Avec respectivement 0,4 p. 100, 3,6 p. 100 et 3,8 p. 100, Terre-Neuve, la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard se situent juste sous la moyenne canadienne quant à la proportion de francophones qui y vivent. Mais la francophonie en Atlantique, c’est avant tout des hommes et des femmes engagés, à la fois fiers de leur héritage et tournés vers l’avenir.

L’immigration est un moteur de la croissance démographique du Canada de plus en plus important. C’est aussi un facteur principal de notre vitalité économique, sociale et culturelle. Toutefois, très peu de nouveaux arrivants choisissent de s’établir dans les communautés francophones hors Québec. Par ailleurs, historiquement, l’immigration au Canada a été caractérisée par l’arrivée de personnes d’expression anglaise, ce qui a contribué au déclin de la population francophone par rapport à la majorité anglophone. Toutefois, depuis le début des années 2000, on assiste à une réelle mobilisation des différents intervenants sur cette question. Les efforts doivent se poursuivre. Malheureusement, la région atlantique n’est pas toujours reconnue comme une destination de choix pour les nouveaux arrivants d’expression française. Une partie du travail consiste donc à sensibiliser les communautés d’accueil aux possibilités générées par l’immigration, et à renforcer leur capacité d’accueil et d’intégration des nouveaux arrivants, afin de faire des communautés francophones de l’Atlantique de véritables lieux de vie et d’épanouissement en français.

Selon certaines recherches, les immigrants francophones seraient accueillis très chaleureusement par la communauté en Atlantique. Cependant, ils se heurteraient rapidement à l’absence de services en français ou, tout au moins, à un manque d’information à leur sujet. Il en découle une méconnaissance du système scolaire et des autres institutions francophones, ce qui nuit à la création de réseaux sociaux en français, et peut compliquer leur intégration harmonieuse.

À ces défis viennent souvent s’ajouter ceux que connaissent la majorité des nouveaux arrivants au Canada, soit des défis en matière d’intégration économique, sociale ou culturelle. Malgré tout, les immigrants d’expression française sont de plus en plus nombreux à s’établir à l’extérieur du Québec. En s’intégrant dans les communautés minoritaires, ils, c’est-à-dire, vous contribuez au rayonnement de la dualité linguistique canadienne, tout en participant à la transformation des espaces francophones et acadien « traditionnels ».

Vous êtes un gage de vitalité démographique, linguistique, économique et culturelle pour les communautés francophones. Vous faites partie du nouveau visage de la dualité linguistique et de la francophonie canadienne.

Certains laissent entendre que la dualité linguistique et la diversité culturelle s’opposent. Au contraire, je suis d’avis et convaincu qu’elles se complètent et se renforcent. Elles sont à la fois le reflet et le moteur des changements qui prennent place dans la société canadienne.

Tout au long de la journée, vous devrez réfléchir aux espaces linguistiques dans lesquels vous vivez et auxquels vous contribuez. Nous vous encouragerons à faire part de vos expériences et perceptions de la communauté francophone ou acadienne dont vous faites partie, et à échanger au sujet de la dualité linguistique et de votre rôle au sein de celle-ci. N’hésitez pas à faire des suggestions et à proposer des pistes d’action. Vos perspectives comptent, et je profite de l’occasion pour vous remercier de nous les faire connaître.

Je vous remercie de votre attention, et je vous souhaite un bon forum!

Date de modification :
2018-09-13