Déclaration du commissaire aux langues officielles du Canada concernant la publication de données de recensement sur la langue d’instruction et la langue de travail

Pour diffusion immédiate

Gatineau (Québec), le 30 novembre 2022 – Le commissaire aux langues officielles, Raymond Théberge, a fait la déclaration suivante aujourd’hui à la suite de la publication des plus récentes données de recensement en matière de langues officielles :

« Les décisionnaires à tous les échelons devraient prendre connaissance des données de recensement publiées aujourd’hui. Les façons dont nous utilisons le français et l’anglais en milieu scolaire et professionnel ont une incidence directe sur les communautés de langue officielle de l’ensemble des provinces et des territoires.

Pour la première fois, les données de recensement peuvent être utilisées pour estimer le nombre d’enfants admissibles à l’instruction dans la langue officielle de la minorité. Je remarque que dans l’ensemble du pays, près du tiers des enfants qui sont admissibles n’ont jamais fréquenté une école dans la langue officielle de la minorité. Les gouvernements, tant fédéral que provinciaux et territoriaux, doivent en faire davantage pour veiller à ce que les ayants droit puissent envoyer leurs enfants dans une école dans la langue officielle de la minorité. Je suis toutefois heureux que ces données de recensement très importantes soient maintenant accessibles étant donné leur influence possible sur les générations futures. À l’avenir, nous serons en mesure de comparer des données et d’analyser des tendances pour veiller à ce que les droits à l’instruction dans la langue de la minorité, prévus par la Charte canadienne des droits et libertés, soient respectés.

Les données démontrent également l’importance des programmes d’immersion française pour les enfants anglophones dans tout le pays. Bien que les données sur l’immersion pour le Québec ne soient pas disponibles, je remarque que 16 % des enfants d’âge scolaire ailleurs au pays avaient fréquenté un de ces programmes. Devenir bilingue crée des possibilités et peut contribuer grandement à l’utilisation des deux langues officielles dans l’espace public. Les données démontrent, par exemple, que les personnes qui ont suivi un programme d’immersion contribuent de façon importante à l’utilisation du français en milieu de travail.

Les plus récentes données sur la langue de travail confirment que le français et l’anglais sont les principales langues de communication dans les milieux de travail au Canada, alors que près de 99 % des travailleurs les utilisent. Bien que Statistique Canada note qu’il faut exercer une certaine prudence lorsqu’on compare les données de 2021 à celles de 2016, je constate une diminution de l’utilisation du français comme principale langue de travail dans certaines régions du pays. J’encourage les décisionnaires à se pencher sur ces nouvelles données, notamment en ce qui concerne les liens possibles entre la langue d’instruction et la langue de travail, et à promouvoir davantage l’utilisation du français dans les milieux de travail.

Le gouvernement fédéral doit désormais se pencher sur l’ensemble des données du Recensement de 2021 en matière de langues officielles et en tenir compte dans l’élaboration de ses programmes et initiatives, notamment le prochain Plan d’action pour les langues officielles qui devrait être lancé en avril 2023. Afin d’atteindre l’égalité réelle de statut et d’usage dans la société canadienne, le français et l’anglais doivent recevoir le soutien qui s’impose, et les investissements du gouvernement doivent porter des fruits. »

 

-30-

Date de modification :
2022-11-30