Déclaration du commissaire aux langues officielles du Canada sur le rapport d’enquête préliminaire concernant le discours du président-directeur général d’Air Canada du 3 novembre 2021

Pour diffusion immédiate

Gatineau (Québec), le 8 avril 2022

Raymond Théberge, commissaire aux langues officielles, a fait la déclaration suivante aujourd’hui :

« Comme en témoignent certains reportages parus aujourd’hui, je viens de produire un rapport préliminaire dans le cadre de mon enquête qui vise à déterminer si Air Canada a manqué à ses obligations prévues à la Loi sur les langues officielles lors du discours de son président-directeur général le 3 novembre dernier.

Ce rapport, qui a été communiqué aux plaignants et à Air Canada, présente mes conclusions préliminaires. À l’heure actuelle, l’enquête permet de déterminer que les plaintes que nous avons reçues sont fondées, tant pour ce qui touche les communications et la prestation des services (partie IV) que la promotion du français et de l’anglais (partie VII). Ces conclusions ne sont toutefois pas finales; les parties concernées auront la possibilité de fournir des commentaires que je prendrai en considération avant de produire mon rapport final.

Je me permets toutefois de rappeler que le bilinguisme est une compétence cruciale pour tout chef de file, particulièrement pour ceux des institutions assujetties à la Loi sur les langues officielles. »

Faits saillants

  • En date du 28 février 2022, le Commissariat aux langues officielles a reçu 2 680 plaintes concernant le discours presque exclusivement en anglais du président-directeur général d’Air Canada, Michael Rousseau. C’est plus de plaintes que celles reçues dans le cadre de tout autre dossier dans l’histoire du Commissariat.
  • Le rapport préliminaire d’enquête a été envoyé aux parties (les plaignants et Air Canada) pour commentaires. Une fois les commentaires recueillis et analysés, le rapport final d’enquête sera préparé puis envoyé aux parties.
  • Nous ne rendons pas publics nos rapports d’enquêtes; nous les communiquons uniquement aux parties concernées (plaignants et institutions assujetties à la Loi sur les langues officielles).

-30-

Le commissaire se limitera à l’information mentionnée dans cette déclaration et ne commentera pas le rapport préliminaire comme tel, puisque l’enquête est en cours.

Date de modification :
2022-04-08