Commissaire : Bonne nouvelle! L’appui aux langues officielles reste élevé dans tout le Canada!

Pour diffusion immédiate

Gatineau (Québec), le 24 février 2022 – Raymond Théberge, commissaire aux langues officielles, a publié aujourd’hui les résultats d’un récent sondage d’opinion publique sur les langues officielles qui indiquent que l’appui de la population canadienne aux langues officielles est très élevé, soit 87 % dans l’ensemble.

Le sondage, mené à l’automne dernier par Environics Research pour le compte du Commissariat aux langues officielles, visait à évaluer les attitudes actuelles de la population canadienne à l’égard de la Loi sur les langues officielles et du bilinguisme officiel au Canada. Les résultats généraux du sondage sont conformes à ceux de 2016, ce qui montre que l’appui de la population canadienne au bilinguisme officiel reste fort.

Fait notable, l’appui à la Loi sur les langues officielles ne dépend pas de la capacité de parler les deux langues. En effet, si 9 personnes bilingues sur 10 appuient les objectifs de la Loi, c’est également le cas de plus de 8 Canadiennes et Canadiens unilingues sur 10. Pour les répondantes et répondants de toutes les régions, la raison la plus souvent invoquée pour justifier leur appui à la Loi est que celle-ci reconnaît l’histoire, le statut et la culture du Canada en tant que pays bilingue.

Au-delà des questions sur l’appui général, le sondage s’est penché sur le point de vue de la population canadienne sur des questions importantes liées aux langues officielles, notamment l’éducation et la diversité.

Selon le sondage, une forte majorité de la population canadienne appuie l’enseignement des langues secondes et souhaite que le français et l’anglais continuent d’être enseignés dans les écoles primaires du Canada et que l’apprentissage des langues secondes soit généralement plus accessible.

Les résultats du sondage font ressortir un lien positif entre la diversité et les langues officielles : une forte majorité de la population canadienne convient que les langues officielles et d’autres formes de diversité peuvent aller de pair, et même se renforcer mutuellement. En fait, les Canadiennes et les Canadiens issus de divers milieux s’entendent pour dire que le fait d’avoir deux langues officielles peut contribuer à renforcer d’autres formes de diversité. Notamment, la plupart des gens sont d’accord pour dire que « le Canada peut et devrait promouvoir à la fois les langues officielles et les langues autochtones ».

Le sondage a révélé que la population canadienne est également favorable à des mesures visant à soutenir les minorités de langue officielle, qui comprennent la communauté anglophone du Québec et plus d’un million de francophones qui vivent dans les provinces et les territoires à l’extérieur du Québec.

Citation

« L’appui du public à l’égard de nos langues officielles s’est maintenu au fil du temps et le bilinguisme officiel demeure une valeur fondamentale dans tout le pays. Avec la modernisation imminente de la Loi sur les langues officielles, nous entrons dans une période au potentiel énorme pour les langues officielles. Cependant, il ne faut pas tenir pour acquis le fort appui de la population canadienne aux langues officielles. Cet appui public généralisé doit être soutenu par des politiques et des initiatives robustes de la part de tous les ordres de gouvernement afin de promouvoir l’importance de nos langues officielles dans tout le pays »

Raymond Théberge, commissaire aux langues officielles

Faits en bref

  • Le sondage du Commissariat a été réalisé de septembre à octobre 2021 et comprenait un sondage national de probabilité par téléphone auprès de 1 507 Canadiennes et Canadiens adultes (marge d’erreur de ± 2,5 %, 19 fois sur 20) et un sondage national par panel en ligne auprès de 1 500 Canadiennes et Canadiens adultes. Les chiffres mentionnés dans ce communiqué de presse font référence aux résultats du sondage téléphonique.
  • Le sondage fait état des plus hauts pourcentages d’appui aux objectifs de la Loi sur les langues officielles au Québec (95 %), en Ontario (87 %), en Colombie-Britannique et dans les territoires (87 %) et dans la région de l’Atlantique (86 %). L’appui en Alberta est de 80 % et il est de 78 % au Manitoba et en Saskatchewan. Les changements régionaux par rapport aux résultats de 2016 se situaient dans les marges d’erreur.
  • En matière de groupes d’âge, la population canadienne âgée de 18 à 34 ans affiche le plus haut taux d’appui (90 %).

-30-

Date de modification :
2022-02-24