Commissaire aux langues officielles : Cible d’immigration francophone à l’extérieur du Québec toujours pas atteinte à l’approche de l’échéance de 2023

Pour diffusion immédiate

Gatineau (Québec), le 30 novembre 2021

Le commissaire aux langues officielles Raymond Théberge a publié une étude aujourd’hui sur la cible de 4,4 % d’immigration au sein des communautés francophones en situation minoritaire à l’extérieur du Québec. Les données de l’étude démontrent que même si la cible avait été atteinte de façon constante depuis l’échéance initiale de 2008, cela n’aurait pas été suffisant pour maintenir le poids démographique de la population d’expression française à l’extérieur du Québec, et encore moins pour contribuer à sa croissance.

L’objectif initial de cette cible était d’augmenter ou d’au moins maintenir le poids démographique de la population d’expression française à l’extérieur du Québec à 4,4 % (selon le Recensement de 2001). L’échéance initiale avait été fixée pour 2008, mais elle a été repoussée à 2023. À l’approche de sa nouvelle échéance, il est incertain que la cible sera atteinte.

Afin d’atteindre la cible de 4,4 % entre 2008 et 2020, le Canada aurait dû admettre plus de 75 000 résidents permanents d'expression française supplémentaires à l’extérieur du Québec. Cela correspond à la taille d’une ville canadienne moyenne comme North Bay, en Ontario, ou Medicine Hat, en Alberta.

Si la cible avait été atteinte depuis 2008, elle aurait pu contribuer à réduire le déclin du poids démographique de cette population entre les recensements de 2001 et de 2016.

Les communautés francophones en situation minoritaire du Canada sont désireuses d’attirer, d’accueillir et de soutenir les nouveaux arrivants. Le gouvernement a des obligations au titre de la Loi sur les langues officielles et de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés pour soutenir ces communautés en s’assurant que les niveaux et la composition de l’immigration profitent à ces communautés et enrichissent leur diversité, leur développement et leur vitalité.

Citation

« Je suis inquiet des répercussions des déficits d’immigration sur les communautés francophones en situation minoritaire à l’échelle du Canada. Il est temps de faire mieux et d’en faire plus. Nous avons besoin d’un nouvel objectif clair et d’une cible d’immigration francophone plus élevée pour contribuer à assurer un avenir prospère pour ces communautés. »

Raymond Théberge,
commissaire aux langues officielles

En bref

  • Cette cible de 4,4 % de l’immigration totale a été fixée en 2003 dans le Cadre stratégique pour favoriser l’immigration au sein des communautés francophones en situation minoritaire, élaboré conjointement par le gouvernement fédéral et ces communautés.
  • Au Canada à l’extérieur du Québec, la population francophone en situation minoritaire, définie selon la langue maternelle et la première langue officielle parlée, représentait 4,4 % de la population en 2001 et 3,8 % de la population en 2016.
  • Selon les données administratives fournies par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, en 2019, avant la pandémie, les résidents permanents d’expression française admis au Canada à l’extérieur du Québec représentaient :
    • 2,1 % de tous les résidents permanents à l’extérieur du Québec, selon la définition et la mesure pour ce groupe de 2006. Cette définition et cette mesure ont été utilisées pendant la plus longue période pour surveiller et rendre compte de la cible de 4,4 % d’immigration francophone;
    • 2,7 % de tous les résidents permanents à l’extérieur du Québec, selon la définition et la mesure plus inclusive de 2016 pour ce groupe. Ces données ne sont disponibles qu’à partir de 2019.

- 30 -

Date de modification :
2021-11-30