Pour offrir des services bilingues adéquats à la population canadienne, de profonds changements doivent être opérés dans la fonction publique fédérale

Dépôt du rapport annuel 2020-2021

Gatineau (Québec), le 1er juin 2021 – Le manque évident de capacité bilingue au sein de la fonction publique fédérale mène aux nombreux manquements en matière de langues officielles observés depuis trop longtemps.

Le commissaire aux langues officielles du Canada, Raymond Théberge, a déposé son rapport annuel 2020-2021 aujourd’hui. Le rapport donne un aperçu de l’état actuel des langues officielles et présente des solutions au gouvernement fédéral pour qu’il respecte ses obligations linguistiques, particulièrement lors de situations d’urgence, comme la crise sanitaire que nous vivons actuellement.

Dans son rapport, M. Théberge constate que la pandémie de COVID-19 a mis en lumière des problèmes systémiques au sein des institutions fédérales. Ces dernières peinent à bien établir les exigences linguistiques des postes, ce qui les empêche d’assurer une prestation de services adéquate dans les deux langues officielles et de créer un environnement de travail propice à l’utilisation des deux langues officielles. Le commissaire constate d’ailleurs que les fonctionnaires fédéraux ne se sentent pas toujours à l’aise d’utiliser la langue officielle qui n’est pas prédominante au travail.

Par ailleurs, le commissaire déplore que la pandémie ait durement ébranlé les communautés de langue officielle en situation minoritaire en fragilisant notamment les secteurs des services communautaires, des arts et de la culture. Ces communautés ont besoin de l’appui du gouvernement fédéral pour les aider à atténuer les contrecoups de cette pandémie, maintenant et au cours des prochaines années.

Citation

« En temps de crise, la capacité déficiente des institutions fédérales à fournir des services au public dans les deux langues officielles se livre au grand jour. Si une institution fédérale a sous-estimé les niveaux des compétences linguistiques requis pour son personnel malgré les tâches et les fonctions liées au poste, en situation d’urgence, il est probable que son personnel ne saura pas répondre au public avec la même diligence et en offrant un service de la même qualité dans les deux langues officielles.  »

Raymond Théberge, commissaire aux langues officielles

Faits saillants

  • En 2020-2021, le Commissariat aux langues officielles a reçu un total de 1 870 plaintes recevables en vertu de la Loi sur les langues officielles.
  • Parmi ces plaintes, 138 sont liées à la pandémie de COVID-19. La majorité de ces plaintes concernent les communications avec le public ou la prestation de services gouvernementaux.
  • Des 1 870 plaintes recevables :
    • 693 portaient sur les communications avec le public et la prestation des services (partie IV);
    • 173 portaient sur la langue de travail (partie V);
    • 13 portaient sur la participation équitable (partie VI);
    • 16 portaient sur la promotion du français et de l’anglais (partie VII);
    • 968 portaient sur les exigences linguistiques des postes (partie XI, article 91);
    • 7 portaient sur les autres parties de la Loi (parties II, III et IX).

-30-

 

Pour plus d’information, veuillez communiquer avec :

Relations avec les médias
Commissariat aux langues officielles
Téléphone :
819-420-4879
Numéro sans frais :
1-877-996-6368
Courriel :
media@clo-ocol.gc.ca

Suivez nous sur Twitter et sur Facebook

 
Date de modification :
2021-06-01