Archivé - Les institutions fédérales doivent soutenir adéquatement les aînés anglophones du Québec, affirme Graham Fraser

Cette page a été archivée dans le Web.

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Ottawa, le 19 novembre 2013 – Le vieillissement de la population est plus marqué au sein de la population anglophone que francophone et, malgré leur niveau d'éducation plus élevé, les aînés anglophones sont presque aussi nombreux à vivre sous le seuil du faible revenu que le sont les aînés francophones québécois. C'est ce qui ressort de l'étude publiée aujourd'hui par le Commissariat aux langues officielles, et intitulée Bien vieillir dans sa langue, sa culture et sa communauté : Soutien d'institutions fédérales clés et portrait des aînés anglophones du Québec.

« J'ai décidé de dresser un portrait des aînés anglophones, car il existe à ce jour peu de données sur les réalités qu'ils vivent. Il s'avère, par exemple, que plus de la moitié des personnes âgées anglophones étant unilingues, elles ont le défi de devoir trouver des professionnels dans leur région non seulement qui peuvent leur offrir des services, mais aussi qui parlent leur langue. Elles peuvent se retrouver en position de vulnérabilité, ou encore avoir à dépendre d'un membre de la famille, lorsque vient le temps d'obtenir de l'information ou des services de santé publics, par exemple », a déclaré Graham Fraser.

« Par ailleurs, près de 50 p. 100 des aînés anglophones sont des immigrants, comparativement à moins de 10 p. 100 chez les aînés francophones. Les organismes communautaires anglophones qui servent ces populations doivent redoubler d'efforts et mobiliser leurs ressources pour offrir des services qui répondent adéquatement aux différents besoins. »

La publication de l'étude coïncide avec le lancement du réseau Aînés Action Québec, un nouvel organisme anglophone consacré à la promotion de la vitalité des aînés québécois d'expression anglaise. « La naissance de Aînés Action Québec est une excellente nouvelle pour la communauté anglophone, et aussi pour les institutions fédérales, qui pourront désormais, par l'intermédiaire de cet organisme, cibler plus facilement cette population et lui offrir un soutien adapté à ses besoins. »

Dans cette étude, le commissaire recommande aux institutions fédérales dont les activités touchent les aînés, notamment Patrimoine canadien et Emploi et Développement social Canada, de prendre des mesures afin de consulter systématiquement les organismes représentant les aînés des communautés de langue officielle en situation minoritaire lors de l'élaboration et de la mise en œuvre de politiques et de programmes destinés aux aînés. Il souligne également l'importance pour les institutions fédérales de coordonner leurs efforts afin de combler les lacunes en matière de recherche sur le vieillissement dans les communautés minoritaires.

-30-

 

Pour obtenir de plus amples renseignements ou prendre rendez-vous pour une entrevue avec le commissaire, veuillez communiquer avec :

Nelson Kalil
Gestionnaire, Communications stratégiques et Relations avec les médias
Commissariat aux langues officielles
Téléphone : 613-995-0374
Cellulaire : 613-324-0999
Sans frais : 1-877-996-6368
Courriel : nelson.kalil@ocol-clo.gc.ca
Suivez nous @CLOduCanada
 
 
Date de modification :
2020-09-18