Archivé - Lettre ouverte - Une incompréhension profonde

Cette page a été archivée dans le Web.

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Ottawa, le 20 juillet 2012

J’étais déçu de voir la réaction de plusieurs politiciens provinciaux et fédéraux à l’annonce des subventions appuyant des projets des communautés anglophones du Québec, et de constater la prémisse selon laquelle ces groupes sont voués à la promotion de l’anglais aux dépens du français. À mon avis, cette réaction est issue d’un malentendu et semble démontrer une incompréhension profonde de la réalité des communautés minoritaires anglophones du Québec.

Il existe une différence fondamentale entre la montée incontestable de l’anglais, une langue internationale de communication utilisée par l’industrie, le commerce, les chercheurs et les touristes, et les besoins très réels des gens faisant partie des communautés anglophones du Québec. En effet, il n’est pas rare d’entendre les leaders de ces communautés souligner que l’anglais n’est pas menacé au Québec, mais que les communautés anglophones le sont.

Il y a trente ans, le regretté Gérald Godin avait bien compris cette distinction. Alors qu’il présidait une commission parlementaire de l’Assemblée nationale chargée de faire une revue quinquennale de la Charte de la langue française, il a clairement indiqué que la communauté anglophone, déjà très minoritaire, ne représentait aucune menace pour le français. Selon lui, la pression venait d’ailleurs. Après trois décennies, l’impact de la mondialisation démontre à quel point il avait raison.

Au milieu des années 1960, il était de bon ton au Québec de dire que la communauté anglophone n’avait pas besoin d’une représentation communautaire, car elle pouvait compter sur ses défenseurs, soit la Banque de Montréal, Sun Life, The Montreal Star, et d’autres institutions issues du milieu des affaires. Or, la Banque de Montréal est devenue BMO pour mieux faire affaire aux États-Unis, Sun Life est déménagé à Toronto, et The Montreal Star s’est éteint en 1979.

Depuis cette époque, la communauté anglophone s’est transformée et, tout comme le Québec, elle s’est diversifiée. Elle est devenu bilingue à 60 p. 100; une proportion équivalente à celle des francophones bilingues du Québec. Les jeunes âgés de 18 et 34 ans sont bilingues à 80 p. 100. Par contre, je constate que l’image qu’ont les francophones de leurs concitoyens anglophones est figée dans le temps et que les gains de la communauté anglophone sont trop souvent perçus comme une perte pour le français au Québec.

Près 600 000 anglophones résident sur l’île de Montréal. Le réseau d’institutions, mis sur pied il y a plus d’un siècle par la communauté anglophone de la métropole, aide ses membres à relever des défis d’actualité. Parmi ceux-ci figure le vieillissement de sa population. Mais les 300 000 anglophones habitant les autres régions du Québec font face à une situation semblable qui, à de nombreux égards, s’apparente à celle des francophones hors Québec. Par exemple, en Gaspésie, à Québec et Sherbrooke, il est difficile d’avoir accès à des services de santé en anglais, malgré les principes énoncés dans la Charte de la langue française, les garanties législatives du Québec, les efforts déployés par le gouvernement québécois et la bonne volonté des préposés dans les hôpitaux. Et les défis s’étendent bien au-delà des soins de santé.

Cette semaine, les fonds accordés à certains groupes pour le développement de leur communauté ont suscité l’ire de certains. Toutefois, ces groupes œuvrent presque tous à l’extérieur de la métropole. Le Quebec Community Groups Network a beau avoir son bureau à Montréal, il s’agit un réseau d’organisations communautaires réparties à travers le Québec qui inclut notamment des groupes travaillant dans le secteur de la santé. Quelle menace ce réseau représente-t-il pour le français? Croit-on vraiment que le English Language Arts Network, le Youth Employment Services Foundation, le Quebec Community Newspapers Association, le Quebec Drama Federation, la Quebec Farmers’ Association et le African Canadian Development and Prevention Network sont des organisations anti francophones qui militent en faveur de la suprématie de l’anglais sur la société québécoise? Au contraire, ce sont des organisations qui travaillent pour le bien-être de leur communauté et pour le bien-être du Québec par le fait même. Plusieurs d’entre elles ont réussi à tisser des liens de collaboration et à établir des ponts avec la population francophone et les organismes poursuivant des objectifs communs. Elles méritent respect et appui.

Graham Fraser
Commissaire aux langues officielles

http://www.ledevoir.com/politique/canada/354601/a-la-defense-des-communautes-anglophones-du-quebec

Date de modification :
2020-09-18