Archivé - Après les lacunes linguistiques des Jeux olympiques de 2010, le commissaire se tourne vers l’avenir

Cette page a été archivée dans le Web.

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Ottawa, le 14 décembre 2010 – Un manque de compréhension des responsabilités liées aux langues officielles et une grave erreur de jugement lors de la cérémonie d’ouverture ont gâché l’occasion de mettre en valeur la dualité linguistique du Canada aux Jeux olympiques, selon le rapport final du commissaire aux langues officielles, Graham Fraser, sur les Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de 2010.

« Manifestement, dans plusieurs domaines, les exigences en matière de langues officielles qui étaient énoncées dans l’entente multipartite signée par le comité organisateur et Patrimoine canadien étaient vagues et peu claires », a dit le commissaire.

Le rapport du commissaire révèle que, globalement, l’anglais et le français étaient bien représentés aux Jeux. Par conséquent, le temps est venu de tirer les leçons de cette expérience et de se tourner vers l’avenir.

M. Fraser a indiqué que « lors de futurs événements de grande envergure qui se tiendront au Canada, les exigences relatives aux langues officielles devront être précises et claires afin que les comités organisateurs saisissent l’importance de la dualité linguistique, qu’ils comprennent leurs obligations linguistiques et qu’ils planifient les événements en conséquence ». Les institutions fédérales qui participent à de tels événements ou qui les financent doivent aussi adopter une approche rigoureuse dans le suivi de la planification et de la réalisation des activités liées aux langues officielles.

« Je voudrais que le legs linguistique des Jeux de Vancouver profite aux futurs Jeux olympiques et paralympiques ainsi qu’aux autres manifestations sportives d’envergure qui auront lieu au Canada », a ajouté le commissaire.

M. Fraser a signalé qu’au début de 2011, il publiera un guide s’inspirant des leçons tirées des Jeux de Vancouver. Le guide aidera les institutions fédérales et les comités organisateurs des futures manifestations sportives de grande envergure à mieux comprendre, planifier, réaliser et superviser les activités afin de garantir le respect et l’intégration sans réserve du français et de l’anglais.

« Par exemple, les Jeux panaméricains et parapanaméricains qui auront lieu dans la région du Grand Toronto en 2015 pourraient bénéficier des enseignements des Jeux de Vancouver, a déclaré M. Fraser. Nous travaillons de façon proactive avec les organisateurs de ces Jeux pour nous assurer que la dualité linguistique sera pleinement représentée et respectée. »

« Les événements spéciaux, comme les Jeux olympiques, sont une excellente occasion de promouvoir la dualité linguistique, un élément clé de l’identité canadienne. Lors de ces événements, il est important de s’efforcer de représenter adéquatement notre pays, notre culture, nos valeurs et nos symboles. Tous les Canadiens devraient pouvoir se reconnaître dans l’image que le Canada présente au monde », a conclu le commissaire.
 
Veuillez consulter le rapport pour obtenir de plus amples renseignements.

- 30 -

Pour obtenir de plus amples renseignements ou une entrevue, veuillez communiquer avec :

Nelson Kalil
Gestionnaire, Relations avec les médias
Commissariat aux langues officielles
Téléphone : 613‑995‑0374
Cellulaire : 613‑324‑0999
Sans frais : 1‑877‑996‑6368
Courriel : nelson.kalil@ocol-clo.gc.ca

Date de modification :
2020-09-18