Archivé - Le commissaire aux langues officielles présente des pistes de développement pour la communauté fransaskoise

Cette page a été archivée dans le Web.

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Ottawa, le 18 février 2010 – Le commissaire aux langues officielles, Graham Fraser, a présenté aujourd’hui à Regina une étude sur les perspectives de développement qui servira à accroître la vitalité communautaire des communautés francophones rurales de la Saskatchewan.

L’étude du Commissariat a été réalisée dans la région de St. Louis, qui inclut notamment le Lieu historique national de Batoche. Elle vise à outiller ces communautés pour qu’elles puissent mieux identifier leurs priorités en matière de développement rural et qu’elles soient mieux à même d’en mesurer les résultats objectivement. Elle explique par exemple de quelle façon le projet de valorisation des produits du terroir peut amener une plus grande vitalité communautaire, ou le rôle important que peut jouer le rapprochement entre les communautés francophones établies de longue date et la communauté métis. L’étude souligne également l’importance de prendre des mesures pour relever les défis particuliers à ces communautés, notamment l’exode des jeunes vers les centres urbains et le vieillissement de la population.

« L’étude s’inscrit dans une démarche de prise en charge de son propre développement par la communauté, a précisé M. Fraser. Cette appropriation signifie que les décisions concernant le développement économique et social de la région sont prises par la communauté elle-même, mais celle-ci n’est pas pour autant laissée à elle-même. Ces communautés rurales doivent pouvoir bénéficier de l’appui de la communauté fransaskoise dans son ensemble, de même que des gouvernements provincial et fédéral. C’est dans cet esprit que mon bureau a apporté sa contribution, par cette étude. J’espère qu’elle pourra servir de modèle pour réaliser des études semblables dans d’autres communautés rurales francophones de la province. »

Le commissaire souhaite que les institutions du gouvernement fédéral utilisent son étude, en plus de consultations avec la communauté, pour mieux cibler leurs interventions. L’ensemble des institutions fédérales a la responsabilité d’offrir des services qui correspondent aux besoins des communautés de langue officielle, mais aussi de soutenir leur développement.

« Je suis très impressionné par la vitalité de la communauté fransaskoise, a souligné le commissaire. Elle est relativement petite en termes de nombre d’habitants, mais bien enracinée dans le sol des Prairies et extrêmement dynamique. » 

« Les communautés francophones de tout le pays sont généralement très ouvertes au dialogue interculturel, mais la communauté fransaskoise a su développer une façon de faire qui convient bien à sa situation, a précisé M. Fraser. Son approche de “marketing et séduction” illustre bien le type de relation que les leaders et les entrepreneurs fransaskois cherchent à renforcer. En fin de compte, c’est toute la province qui bénéficie du développement de ces communautés. »

- 30 -

Pour obtenir de plus amples renseignements ou prendre rendez-vous pour une entrevue avec le commissaire, veuillez communiquer avec :

Robin Cantin
Gestionnaire, Relations avec les médias
Téléphone : 613-995-0374
Cellulaire : 613-324-0999
Sans frais : 1-877-996-6368

Date de modification :
2018-09-13