À vous la parole : La Francophonie

 Votre mot ou expression préférés en français

À 93 ans, ma mère aidait poliment son infirmière à pratiquer son français, mais un jour elle m’a dit : « Elle parle français comme une vache espagnole! ». Il n’y a aucune expression équivalente en anglais!

Aussi, comme on n’a pas de distinction entre le « tu » et le « vous », mon verbe préféré est « tutoyer ».

– Kathryn

J’ai mon voyage!

– Sylvie

Saint-Sicroche. C’est une expression qu’on utilisait dans le temps à la Malbaie!

– Élie

Ayoye!

– Marcel

Berlingot. Je trouve ça très mignon!

– Robin 

T'es pas sérieux!

– Ginette

Je ne parle pas français.

– Neal

 

Grasse matinée. Ça ne m'arrive pas souvent par les temps qui courent!

– Serge

C'est génial!

– Alice  

Prends soin. Une expression utilisée comme salutation de départ, un régionalisme bien d’ici, plein de bonnes intentions.

– Pascal

Animaux. Oui, j’aime tous les mots qui se terminent en « aux », mais « animaux » est mon préféré. Ce n’est pas pour la prononciation, mais j’aime ces trois lettres ensemble.

– Diego

C’est pas évident!

– Yolaine

Mon doux!

 – Brigitte

C’est la vie!

– Carrie 

 

Débarbouillette. C’est difficile de rester sérieux en disant ce mot-là!

– Jean Philippe

Bravo!

– Linda

Turlupiner.

– Barbara

Quintessence.

– Jean-Sébastien 

Balbutiement.

– Luc 

Vive la vie!

– Kim

Hurluberlu. C’est un mot qui me fait toujours sourire!

– Amélie  

Sacrebleu. Mon père disait ça, et ça avait bien amusé mes amis d’Allemagne.

– Chantal 

Sainte-Bernadette!

– Marc

 
 Une personnalité ou un personnage francophone qui vous inspire

Acadie Man (superhéros de dessin animé acadien)

– Neal

George Forest, pour sa conviction et son dévouement envers les droits linguistiques des francophones du Manitoba. Louis Riel, qui a dédié une grosse partie de sa vie à lutter pour les droits des Manitobains francophones et métis.

– Denise

Le Bonhomme sept-heures!

– Réjean

Jean Béliveau (la légende du Canadien de Montréal)

– Louis

Chantal Petitclerc (championne en athlétisme paralympique)

– Julie

Jean-Robert Gauthier (ancien sénateur et grand défenseur des droits des francophones)

– Chantal

Edith Piaf (grande figure de la chanson française)

– Diego

Éric Laplointe (chanteur rock)

– Sylvie

Guy Laliberté (fondateur du Cirque du Soleil)

– Lise

Tintin (le héros de bande dessinée)

 – Luc

Biz (membre du groupe hip-hop Loco Locass et professeur d’expression orale à Star Académie)

– Linda

Matthieu Ricard (moine bouddhiste, photographe et auteur)

– Léo-Paul

René Lévesque (ancien journaliste et premier ministre du Québec) et Pierre Lapointe (auteur-compositeur-interprète)

– Antonia

Il y en a plein! Mais si j’avais à choisir, je dirais Céline Dion (chanteuse de renommée internationale).

– Yolaine

Louis Garneau (cycliste et homme d’affaires)

– Jason

Damien Robitaille (chanteur et musicien franco-ontarien), parce qu’il ajoute sa couleur franco-ontarienne à la scène musicale. C’est rafraîchissant!

– Steve

Ginette Reno (reine de la chanson québécoise)

– Joanne

Pierre Elliott Trudeau (homme politique et ancien premier ministre du Canada)

– Marcel

Abdou Diouf (secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie)

– Hélène-Annie

Étienne Drapeau (auteur-compositeur-interprète, qui s’est fait connaître grâce à Star Académie)

– Lucie

Gisèle Lalonde (militante franco-ontarienne qui a mené la lutte contre la fermeture de l’Hôpital Monfort)

– Ethel

Côté journalistique, j’ai mes chouchous : Patrick Lagacé et Pierre Foglia, mais il y en aurait d’autres si je prenais le temps de dévorer les journaux.

– Barbara

Jean Vanier (fondateur de l’Arche, une organisation venant en aide aux personnes vivant avec une déficience intellectuelle dans le monde)

 – Peter

Carl Bernier (animateur à la radio de Radio-Canada dans la région d’Ottawa-Gatineau)

 – Brigitte

 Ce que vous aimez le plus à propos du français ou de la Francophonie

La précision de la langue. L’anglais est tellement fluide, qu’on peut se permettre pratiquement n’importe quoi. En français, il faut être plus précis, alors ça nous aide à être plus précis en anglais aussi.

– Carrie

Ceux que je connais en tout cas, ils savent s’amuser!

– Peter

L’identité particulière que les francophones ont par rapport à leur langue. Leur fierté.

– Julie

L’enrichissement du Canada qui provient du fait qu’on a deux langues et plus.

– Barbara

Le français, c’est une langue qui est riche, qui utilise des expressions détaillées, et qui est expressive.

– Élie

J’aime le français simplement parce que c’est ma langue.

– Linda

La diversité des accents et des manières de s’exprimer.

– Luc

La sonorité de la langue.

– Sophie

Sa variété. Le nombre de mots qu’on peut utiliser pour décrire quelque chose en particulier, le nombre de synonymes… La richesse de la langue.

– Alice

Ses élans révolutionnaires! La francophonie est à son mieux quand elle lance des pavés.

– Richard

Je trouve ça romantique.

 – Diego

Ça représente mon patrimoine.

– Louis

Ça nous permet de communiquer avec des gens d’un peu partout.

– Marc

L’histoire de la langue.

– Jean-Sébastien

Pour moi, ce sont les traditions familiales, la nourriture, par exemple… la tarte au sucre, la soupe à ma grand-mère, les galettes, etc.

 – Marcel

Le fait que les francophones ne sont pas anglophones et pas des États-Unis, qu’ils ont une culture différente.

– Neal

La couleur de notre langue, le fait qu’on a tellement de mots pour exprimer différentes choses. C’est coloré, plein de nuances différentes.

– Brigitte

Moi, ça me touche parce que ce sont mes racines. Et c’est une belle langue poétique.

– Yolaine

 Ce que vous trouvez le plus difficile concernant la langue française

Je dirais que ce sont les accents. J’y suis habituée aujourd’hui, mais je me souviens quand j’étais petite et qu’il y avait des Français de France, je pensais qu’ils parlaient japonais.

– Linda

J’ai grandi dans un quartier francophone dans l’Est de la ville, et je dirais probablement les dialectes différents. Je comprends le français, mais si je vais par exemple à Hawkesbury ou à Cornwall, c’est une autre paire de manches.

– Peter

Pendant cinquante ans, j'ai eu de la difficulté avec le français, même si j’ai grandi à Montréal. C’est difficile! Je peux comprendre, mais pas parler.

 – Barbara

Se faire servir en français pas mal partout.

– Marc

Je trouve difficile de convaincre les autres que c’est important, que c’est nécessaire qu’on garde notre langue.

– Brigitte

De toujours justifier pourquoi on est là, pourquoi on existe et pourquoi c’est important.

– Sophie

J’aimerais ça que le français soit au même niveau que la langue anglaise, qu’il y ait beaucoup de monde qui nous comprenne.

On est francophones, on a des réunions de dix personnes, et tout se passe en anglais même s’il y a seulement un anglophone. C’est encore comme ça. Moi, j’ai toujours dit que ça ne me dérangeait pas, que c’était une occasion de pratiquer mon anglais. Mais c’est difficile.

Ma sœur travaille pour le gouvernement provincial du Québec, et je lui dis toujours combien elle est chanceuse de pouvoir travailler dans sa langue, de ne pas avoir besoin de se casser la tête pour écrire des grands rapports en anglais.

Quand j’ai commencé à travailler au gouvernement fédéral, je ne parlais pas un mot d’anglais. Je trouve que c’est une très grande chance qu’ils m’ont donnée, de m’envoyer six mois à temps plein en formation en anglais. C’est un beau cadeau qu’ils m’ont fait.

– Ginette

Pour moi, je pense que ce sont les temps de verbes.

– Carrie

Les règles, qui rendent ça très difficile de devenir bon quand le français n’est pas ta langue maternelle, surtout au point de vue de l’écriture.

 – Joanne

Moi, c’est vraiment le « tout ». « Tout », « toute », « tous » : ça me mélange. J’ai vraiment de la misère.

– Jean-Sébastien

Les accords de verbes.

– Linda et Yolaine

Il y a trop de verbes!

– Élie

La grammaire.

– Luc

La frontière entre les mots. La manière dont les mots s’emboîtent les uns dans les autres fait en sorte que j’ai de la difficulté à comprendre ce que les gens disent parfois.

– Neal

La grande quantité de sons.

– Diego

L’intégration, l’utilisation et l’acceptation des anglicismes. On ne sait plus quels anglicismes sont acceptés ou non!

– Alice

Trouver le mot juste. Je m’interroge constamment pour savoir si j’utilise le bon mot et j’ai toujours des doutes.

– Jean Philippe

 

Et vous? Vous voulez donner votre avis? Écrivez-nous!

Pour en savoir plus sur les célébrations, visitez le site des Rendez-vous de la Francophonie.

Date de publication : Le lundi 19 mars 2012

Date de modification :
2018-09-13