Sur le chemin des Cantons

Par Scott Stevenson, Sherbrooke (Québec)

Dans le sud du Québec, l’été débute aussi bleu que le ciel du solstice lorsque se multiplient les festivités de la Saint-Jean-Baptiste – la fête nationale –, puis se saupoudre de rouge avec celles de la fête du Canada. Il s’étire ensuite, toujours plus chaud, au rythme des festivals musicaux, des fêtes gourmandes, des foires agricoles et des célébrations communautaires, comme celle de la Journée des Townshippers, dont la 31e édition aura lieu le 18 septembre. Danville, choisie cette année par l’Association des Townshippers comme vitrine du mode de vie régional, pourrait bien voir sa population tripler!

Organisé en l’honneur de la communauté anglophone des Cantons–de-l’Est, l’événement est né en 1980 d’une initiative de l’Association des Townshippers, alors âgée d’à peine un an, pour protéger et promouvoir la culture anglaise dans le sud-est du Québec.

À l’instar de cette région biculturelle et bilingue, la Journée des Townshippers a vite pris la forme d’une célébration communautaire plus vaste de la vie dans les Cantons-de-l’Est, à laquelle prennent part chaque année des milliers de personnes de tous les horizons, toutes conditions et toutes allégeances confondues, aux origines linguistiques les plus diverses.

[Traduction] « Imaginez le jour du marché à l’époque médiévale ou les célébrations de la May Day au cœur d’un village du XVIIIe siècle, et transposez-en les images aujourd’hui. La Journée des Townshippers rassemble de vieux amis dispersés et transforme de parfaits étrangers en nouveaux amis. C’est une journée où une étrange exaltation s’empare de la foule puisqu’elle s’exprime en toute quiétude et sérénité, une journée où les groupes communautaires peuvent dire qui ils sont, alors que musiciens, danseurs, artistes, écrivains et photographes font valoir leurs talents, et qu’entrepreneurs et artisans présentent leurs produits et créationsNote de bas de page 1. »

[Traduction] « Une célébration de la vitalité et de la créativité de la communauté d’expression anglaise des Cantons-de-l’Est que nous tenons à partager avec nos voisins francophones. »

Source : Site Web de la Journée des Townshippers. [Site partiellement traduit]

Le choix d’une ville différente aux quatre coins de la région pour accueillir l’événement chaque année témoigne de l’esprit d’inclusion qui anime la Journée des Townshippers. En 2010, celle-ci se déroulera le 18 septembre à Danville, qui célèbre aussi son 150e anniversaire.

Environ 17 p. 100 des 4 000 personnes composant la population de cette ville parlent anglais, et « une forte majorité d’entre elles ont plus de 60 et 70 ans », précise Bob McKeage, président du comité organisateur de la Journée des Townshippers. Ce pourcentage était beaucoup plus élevé au début de la colonisation de cette région par des immigrants anglophones de la Nouvelle-Angleterre, de l’Écosse, de l’Irlande et de l’Angleterre à partir des années 1790, avant l’arrivée des Canadiens français provenant de seigneuries surpeuplées, ailleurs dans le Bas-Canada.

Ce mélange culturel a laissé une empreinte indélébile sur la population des Cantons-de-l’Est et ses valeurs sociales, que reflètent les activités de la Journée des Townshippers. En font foi les thèmes bilingues, comme « Rendez-Vous » et « Together / Ensemble », qui abondent dans l’historique de l’événement.

Originaire de Danville, le président du comité organisateur incarne la double culture anglaise et française. « Je vis en français et je me dis Franglais », explique en anglais Bob McKeage dans une entrevue téléphonique à partir de chez lui, à Danville.

Ayant appris le français jeune auprès de sa mère francophone, Bob McKeage « s’exprimait dans n’importe quelle langue qui s’imposait avec les proches. Ce n’était qu’une nécessité et un mode vie en grandissant, et j’en suis reconnaissant aujourd’hui. » Son épouse, Noël-Ange Codère, est francophone. Elle est l’une des deux francophones parmi les huit membres que compte le comité organisateur de la Journée des Townshippers.

Les réunions ont lieu en anglais, mais « si quelque chose n’est pas compris, je le répète en français », note Bob McKeage. « Toute personne désireuse de parler en français est tout à fait bienvenue. » Le comité veille également à ce que la communauté francophone soit invitée à la Journée des Townshippers et à ce qu’elle s’y sente la bienvenue, en diffusant toutes les communications dans les deux langues et en sollicitant la participation de la communauté plus vaste à tous les aspects de l’événement.

Pour Bob McKeage, ce souci d’intégration est un élément essentiel de la Journée des Townshippers. Il s’inscrit dans l’approche générale préconisée pour inciter les uns et les autres à travailler et à vivre ensemble dans les Cantons-de-l’Est de façon à former une communauté unique, bilingue, qui peut servir de modèle aux autres.

Photos

Photos : Courtoisie de l'Association des Townshippers

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Site Web de la Journée des Townshippers. [Site partiellement traduit]

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Date de publication : Le lundi 16 août 2010

Date de modification :
2018-09-13