Les Jeux du Canada à Sherbrooke – Un an plus tard : mission bilinguisme réussie!

Rédigé : Par Janis Locas and Madeleine Allard

Les Jeux du Canada à SherbrookeGracieuseté des Jeux d’été du Canada - Sherbrooke 2013

Du 2 au 17 août 2013, la ville de Sherbrooke, hôte des Jeux d’été du Canada, a accueilli de jeunes athlètes canadiens provenant de partout au pays. Pendant ces deux semaines de festivités, la ville des Cantons de l’Est a vibré au son des exploits des athlètes et de la joie des touristes et spectateurs. Tout ça, dans les deux langues officielles. Les Jeux se sont avérés un événement bilingue exemplaire, qui a accumulé les prix de reconnaissance au cours de la dernière année.

Le comité organisateur de l’événement s’était donné d’emblée un défi de taille : organiser l’événement sportif canadien le plus bilingue de l’histoire. Pour y parvenir, il a fallu énormément de réflexion afin de ne rien laisser au hasard. « Notre succès a reposé sur la planification, explique M. William Hogg, directeur des services linguistiques. On ne peut pas s’occuper des questions linguistiques d’un événement sportif de cette importance sur un coin de table : il faut en faire une priorité. »

C’est à cette fin que le comité organisateur s’est servi du guide pratique publié par le Commissariat aux langues officielles du Canada à l’intention des événements sportifs d’envergure au Canada. « Le guide, qui comporte entre autres une liste de vérification, nous a aidés à ne rien omettre, précise M. Hogg. Il fallait penser aux communications écrites et verbales, aux éléments visuels, aux allocutions et aux reportages. C’était tout un défi! »

Des bénévoles accueillants et bilingues

Grand partenaire des Jeux du Canada 2013, le Mouvement Desjardins était responsable du volet bénévolat. Il s’est notamment assuré que tous les bénévoles pouvaient s’exprimer dans les deux langues officielles pour accueillir les athlètes et les visiteurs.

« Je crois que les Jeux du Canada à Sherbrooke ont bien reflété la dualité linguistique, cette caractéristique unique de notre société canadienne ».

Mme Monique Leroux, présidente et chef de la direction du Mouvement Desjardins et présidente des Jeux.

Pour M. Hogg, l’important n’était pas que tous les bénévoles et organisateurs soient parfaitement bilingues, mais plutôt qu’ils puissent assez bien comprendre les deux langues et s’exprimer de façon assez claire pour pouvoir communiquer avec les gens. « Après tout, nous voulions garder la couleur culturelle particulière du Québec, explique-t-il. Tout le monde n’est pas totalement bilingue ici. C’était davantage une question d’ouverture et d’accueil. »

Le directeur des services linguistiques n’a pu compter les nombreux témoignages de satisfaction exprimés sur le terrain par les quelque 20 000 visiteurs et athlètes qui ont participé à l’événement. « Beaucoup de familles qui ne connaissaient pas les Cantons de l’Est ont été très surprises d’être accueillies aussi chaleureusement dans les deux langues. Il y aura sans aucun doute des répercussions à long terme sur la région, tant pour le tourisme que parmi la population étudiante », affirme M. Hogg.

Des prix, des prix et encore des prix!

Un succès incontestable, les Jeux du Canada à Sherbrooke, qui misaient sur le bilinguisme, les relations avec la communauté locale, l’expression de la culture et le rapprochement des collectivités anglophone et francophone, se sont vus récompensés d’une bonne vingtaine de prix et mentions au cours de la dernière année. Les Jeux sont notamment sortis grands gagnants de la 29e édition des Grands Prix du tourisme des Cantons de l'Est en avril dernier et ont été nommés Événement culturel de l’année. De plus, Mme Leroux, présidente et chef de la direction du Mouvement Desjardins et présidente des Jeux et M. Tom Allen, président du conseil d’administration et du comité exécutif des Jeux, ont été nommés Personnalités La Presse en août 2013, et M. Allen a été récipiendaire du Prix du Gouverneur général pour l’entraide en reconnaissance du travail exceptionnel qu’il a fait à titre de bénévole.

Plusieurs prix ont aussi souligné l’exemplarité de l’événement en matière d’écologie, de gestion des finances et, bien sûr, de sport!

Enfin, l’organisation des Jeux a été nommée plusieurs fois par le commissaire aux langues officielles dans son rapport annuel 2012-2013 déposé en novembre 2013. Il y a notamment mentionné l’excellente collaboration qui s’est établie dès le début entre le Commissariat et le comité organisateur des Jeux afin de favoriser la dualité linguistique.

Autrement dit, les Jeux ont été vus comme un modèle de réussite sur toute la ligne!

Un événement rassembleur

Ce que M. Hogg retient le plus de l’événement, c’est qu’il était rassembleur et une source d’inspiration pour les jeunes, qu’ils soient ou non athlètes. « Des francophones de l’extérieur du Québec ont organisé une Place de la francophonie canadienne. Ce fut un grand succès populaire! Les jeunes y tenaient un kiosque et expliquaient aux visiteurs comment se vit la francophonie ailleurs au Canada. C’était un beau lieu d’échange et de partage, très représentatif de notre vision du Canada. » Fort est à parier que la population des Cantons de l’Est et les communautés de partout au Canada resteront longtemps marquées par cet événement culturel et sportif.

Date de publication : Le mardi 04 novembre 2014

Date de modification :
2018-09-13