1966

Un francophone devient l’officier le plus haut gradé de l’armée canadienne

Le général Jean Victor Allard devient chef d'état-major de la Défense, et contribue à l’adoption d’une série de mesures visant à améliorer le bilinguisme fonctionnel dans les Forces armées canadiennes.

Le général Jean Victor Allard, chef d’état-major de la Défense de 1966 à 1969, fait de la dualité linguistique dans l’armée l’une de ses priorités. Il accroît le nombre d’unités francophones dans l’armée, la marine et les forces aériennes, et met sur pied un programme permettant aux francophones d’être recrutés et entraînés en français avant de servir dans leur propre langue au sein d’unités francophones.

Allard exhorte l’armée à favoriser la représentation des francophones dans l’ensemble des métiers, des classifications et des rangs en fonction de leur proportion dans la population canadienne. L’armée adopte cet objectif deux ans après son départ.

Gracieuseté de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes.