1984

D’Iberville Fortier devient le troisième commissaire aux langues officielles

D’Iberville Fortier est convaincu que les communautés de langue officielle en situation minoritaire ont besoin d’une meilleure protection.

Selon lui, la politique linguistique canadienne devrait leur garantir pleine et entière reconnaissance. Il profite donc des négociations constitutionnelles en cours pour demander des garanties supplémentaires à leur intention.

C’est dans cet esprit qu’il pilotera la refonte de la Loi sur les langues officielles, qui énoncera l’engagement du gouvernement fédéral envers le développement et l’épanouissement des communautés de langue officielle en situation minoritaire.

Par ailleurs, il consacre beaucoup d’énergie à stimuler la réflexion sur les langues officielles et à communiquer aux Canadiens les mérites du régime linguistique fédéral en place. En outre, il fait réaliser des sondages et pilote plusieurs études sur la situation des communautés de langue officielle en situation minoritaire.