1976

La crise des gens de l’air éclate au Québec

Au début des années 1970, l’expansion de l’industrie du transport aérien et l’entrée d’un nombre grandissant de francophones dans ses rangs sèment l’idée que les communications aériennes pourraient se faire en français.

Une tentative de faciliter l’usage des deux langues, en 1975, dégénère en une grève nationale et une affaire judiciaire. Une coalition nommée l'Association des gens de l’air rallie progressivement l’opinion publique. Une commission d’enquête est finalement chargée d’étudier le dossier et établit que le français peut être elle utilisé sans poser de risque à la sécurité aérienne. Le gouvernement mettra finalement en œuvre ses recommandations en 1980.

Association des gens de l’air du Québec c Lang, [1977] 2 C.F., 22 (1ère instance), confirmé par [1978] 2 C.F. 371 (C.A.)